Carnet

Maison de retraite médicalisée : décès annuels

12/09/2013


Fins de vie ballottées et dans quelles conditions ?


L'accompagnement de fin de vie n'a globalement rien de catastrophique. Mais il ressort de l'enquête* (L'Observatoire de la fin de vie) qu'il reste "très inégal", lors de ces derniers jours marqués par des symptômes d'inconfort et une fragilité psychologique.Des inégalités fortes, selon le lieu d'accueil de la personne âgée, mais aussi selon les régions.


Première inégalité :

  • 25 % des Ehpad n'ont pas de lien avec une équipe de soins palliatifs – ni avec une équipe mobile, ni avec un réseau, ni avec une unité dans un hôpital.
  • 8 % seulement font appel à des équipes d'hospitalisation à domicile dans les situations de fin de vie (ce qui permet pourtant un renforcement des soins).
  • Les patients en fin de vie ne disposent pas systématiquement d'une chambre individuelle dans 29 % des établissements

Physiquement inconfortable


Chiffre incroyable uniquement 14 % des Ehpad disposent de personnel infirmier la nuit !
Si la situation se complique dans 75 % de ces cas, aucune astreinte téléphonique n'est mise en place pour joindre l'infirmier(e)
Si un établissement dispose d'un infirmier la nuit, seuls 15,7 % des résidents sont hospitalisés en urgence (au cours de leurs quinze derniers jours de vie) 24,9 % dans le cas contraire. Parfois inutiles, ces passages à l'hôpital sont connus pour être souvent traumatisants.

La présence nocturne d'un infirmier permet aussi de faire baisser de 32 % la proportion des résidents qui décèdent à l'hôpital
Enfin, au cours des deux dernières semaines de vie, 54,3 % des résidents ont reçu des antalgiques ( type morphine) pour soulager leurs douleurs 60 % quand une équipe de soins palliatifs intervient dans l'Ehpad. En outre, 25% des résidents sont "dans un réel inconfort physique au cours de leur dernière semaine de vie" 18 % en Lorraine, mais 28 % dans le Limousin.


Les régions ne sont pas toutes égales devant la fin de vie.

  1. Picardie, seulement 27 % des résidents ont bénéficié d'une décision de limitation ou d'arrêt des traitements  (loi Leonetti sur la fin de vie).
  2. Ils étaient 47 % Franche-Comté
  3. 50 % en Basse-Normandie.

L'entourage : autre disparité

  • Dans le Limousin lors de la dernière semaine de vie la présence d'un proche est de  65 %  
  • 82 % dans les Pays-de-la-Loire.

Pourquoi ces différences ?! une région n'est pas plus "humaine" qu'une autre c'est la possibilité qu'ont les établissements de proposer d'héberger les familles qui rentre en ligne de compte.

Il y a là de quoi s'interroger sur le manque de volonté politique qui place l'accueil de la mort en queue de toutes les préoccupations sociétales.
En Bretagne, 20,2 % des résidents des Ehpad  décèdent à l'hôpital ...37,6 % en Picardie
L'an dernier "la mission Sicard" sur la fin de vie avait recueilli les aspirations des Français qui s'étaient montrés sévères sur l'accompagnement des décès en Ehpad. Les équipes mobiles de soins palliatifs ou d'hospitalisation à domicile sont très largement minoritaires, majoritairement la formule devient alors  : 

La nuit +ou le week-end +ou pendant les vacances = l'hôpital le plus proche ! Il ne sagit pas uniquement d'un problème d'argent, avec un peu de moyens, la situation pourrait s'améliorer, notamment en recourant aux infirmières la nuit.

* des données détaillées sur les 15 derniers jours de plus de 15 000 résidents décédés en 2013 ont été analysées

source : d'après le monde.fr

Inde - La dot ou la vie

Une Indienne est assassinée chaque heure pour … des problèmes de dot. Interdit par la loi indienne,...

fou-rire pendant un enterrement

Une crise incoercible de rire spasmodique peut se dérouler dans des situations où le rire est le moi...

Un logiciel surprenant …

Il Calcule le nombre de fois où vous verrez vos parents avant leur mort ! La sentence est glaciale...

L’occultation de la finitude est illusoire

Le Cyborg amortel Je l’avoue, j’ai appris deux mots récemment : Cyborg amortel Le nombre de cent...