Carnet

AdVitam bouleverse le marché des pompes funèbres

14/08/2020

Dans une interview du fondateur de la start-up AdVitam, Philippe Meyralbe défend l’idée de la dématérialisation et de la simplification des services d’obsèques. Ses arguments sont loin d’être farfelus et tiennent la route.

AdVitam propose un service en ligne

AdVitam est une jeune start-up lancée en 2015. Philippe Meyralbe présente son projet et défend le bien-fondé et le potentiel. AdVitam, jeune entreprise des pompes funèbres qui propose ses services via internet, n’a pas échappé longtemps aux radars du Crash Test. Il faut dire que son concept et son positionnement ont de quoi surprendre… 

AdVitam, la start-up qui veut aider réellement les familles endeuillées

Philippe Meyralbe justifie la création de sa start-up par l’existence de besoins réels des familles face aux difficultés du secteur des pompes funèbres. Le manque de temps, l’insuffisance d’informations sur les offres et les tarifs trop élevés en sont quelques exemples.

AdVitam se présente alors au marché avec des solutions plus accessibles et moins chères que celles des acteurs traditionnels. L’enseigne propose des services obsèques tout inclus à partir de 2 000 euros. Le tarif habituel pour ces prestations varie du double au triple actuellement. 

Un service complet, mais abordable

Le tarif low-cost d’AdVitam contraste avec la qualité et la diversité des prestations offertes. Le créateur de la start-up promet un accompagnement personnalisé pour toutes les démarches liées aux obsèques. Ces formalités incluent notamment :

— la résiliation des comptes bancaires du défunt

— l’information des administrations avec lesquelles il était en affaires : Assurance maladie, mutuelle santé, etc.

— la résiliation des abonnements

— l’organisation de la cérémonie des obsèques 

Le bouche-à-oreille et Google comme leviers de croissance

La démarche entreprise par Philippe Meyralbe semble fonctionner. Depuis sa création en février 2016, AdVitam a déjà accompagné une trentaine de familles. Ces résultats interpellent dans un marché aussi réglementé que celui des pompes funèbres. L’interdiction de démarchage pourrait en effet peser sur l’activité d’AdVitam, souligne Pierre-Jean Le Mauff de chez Taddeo.

Les faits montrent néanmoins qu’il n’en est rien. Le fondateur de la start-up mise sur sa présence en ligne, notamment sur Google, pour attirer l’attention des familles au moment où elles font des recherches sur les services de pompes funèbres. AdVitam dit aussi tabler sur les recommandations de leurs clients satisfaits pour continuer à se faire connaître.

 

Les emplois liés aux pompes funèbres attirent de plus en plus de jeunes

Au fur et à mesure que les jeunes s’intéressent aux soins de la mort, ce secteur et ses activités pa...

AlteRriva promeut les services funéraires sur-mesure

AlteRriva se veut un pionnier du marché des services funéraires du XXIe siècle. L’entreprise axe ain...

L’industrie funéraire a grand besoin d’un second souffle

L’industrie funéraire mondiale se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins. De plus en plus de vo...

Le déclin et le renouveau des services funéraires

Les services funéraires tendent à suivre une toute nouvelle direction ces dernières années. L’évolut...