Carnet

Bien mourir, une obsession de notre époque

30/08/2018

L'un des principaux souhaits de notre temps est de transformer tout ce que nous touchons en un reflet de qui nous sommes, comment nous vivons et comment nous voulons que les autres nous voient, et la mort ne fait pas exception. Autrefois simplement inévitable, la mort est devenue un nouveau rite de passage bourgeois qui, tout comme les mariages ou les naissances, doit maintenant être minutieusement planifiée et personnalisée. Depuis la fétichisation de la mort à l’époque victorienne, avec ses vêtements tout noirs, ses bijoux et ses séances de deuil élaborés, chaque disparition doit être d'une certaine façon spéciale.

De plus en plus d’innovation 

Au printemps dernier, au cimetière de Green-Wood à Brooklyn, où l’artiste Jean-Michel Basquiat est enterré, une autre artiste conceptuelle, Sophie Calle, a lancé une installation intitulée « Here Lie the Secrets of the Green-Wood Cemetery ». Pendant les 25 prochaines années, tous les passants pourront écrire leurs secrets les plus intimes et les enterrer dans une tombe conçue par l'artiste. Le cimetière accueille également des visites au clair de lune, des cocktails, des spectacles de danse et même des cours de yoga.

Certaines personnes choisissent une sépulture écologique et optent pour un linceul artisanal biodégradable décoré au choix. D’autre part, le célèbre chef californien Alice Waters,  été enterré dans un costume de pyjama funéraire garni de champignons qui aident le corps à se décomposer plus rapidement. Il y a quelques années, l'artiste Jae Rhim Lee a porté l'un de ces costumes: une pièce à capuche noire enfilée dans des veines blanches imprégnées de spores de champignons. Sur scène, Lee expliqua avec enthousiasme qu’elle entraînait les champignons à la manger quand elle mourrait en leur donnant les cheveux, les ongles et la peau morte pour qu’ils reconnaissent son corps.

Demander une aide, une assistance à la fin de vie

Pour les personnes moins soucieuses de l'environnement et plus préoccupées par la perspective terrifiante de mourir seul, il existe maintenant des solutions (ou du moins partielles). Dans ces cas-là, embaucher une doula de mort, un professionnel qualifié qui vous aidera à la fin de la vie de la même manière que les doulas de naissance pendant le travail. Ou encore demander des funérailles à domicile, dans lesquelles les amis, proches et la famille rendent hommage u défunt dans le confort de votre salon, chaque détail étant soigneusement planifié comme un mariage. Et avant que ce jour arrive, vous pouvez discuter des faits de la mort avec des âmes aux vues similaires dans un Death Cafe, une réunion du mouvement mondial lancé par Jon Underwood en 2011 (qui est mort l'été dernier de la leucémie aiguë promyélocytaire) pour se rassembler, réfléchir et parler de la mortalité.

Caitlin Doughty est une jeune pionnière de Los Angeles, qui ressemble à un membre de la famille Addams, a écrit un mémoire à succès, organise une série sur YouTube appelée Ask a Mortician et a fondé un «collectif d’acceptation de la mort» appelé The Order of the Good Death, dont les jeunes membres encouragent les approches positives de la mortalité. «Il est correct de s’intéresser ouvertement aux pratiques de la mort», a indiqué Doughty. «Cela fait de vous un humain engagé qui se soucie de tous les aspects de la vie. Le voir comme un intérêt particulier pour les gothiques, les cinglés ou les personnes obsédées par le meurtre crée un manque de conversation honnête sur la mort dans le monde occidental. Cet intérêt croissant pour les «pratiques de décès» alternatives a commencé par contourner le commercialisme et l’uniformité de l’industrie funéraire. Et cela plaît à un ensemble diversifié de personnes. 

Source: Theguardian.com

La claustrophobie et la peur de la mort et de mourir
La claustrophobie est généralement définie comme «une peur anormale des espaces fermés ou étroits»....
Culture et tradition : Voici six funérailles inhabituelles quelque part dans le monde
Les funérailles et la mort ne sont pas toujours un sujet à aborder au quotidien hormis la culture, c...
La mort par lapidation, une forme ancienne d'exécution, toujours d'actualité
Une peine de mort depuis l'ancien temps La lapidation est sans doute la forme la plus ancienne du m...
ONU : Forte baisse de la mortalité infantile dans le monde
Une chute de plus de la moitié Le taux de mortalité global pour les enfants de moins de cinq ans on...