Carnet

« Bon cholestérol » : son niveau haut ou bas peut causer la mort prématurée

MEDECINE SANTE

13-09-2016

Le niveau haut et bas du « bon cholestérol », connu pour aider à réduire le risque d'accident vasculaire cérébral et de crise cardiaque, peut entraîner le décès prématuré, d’après une nouvelle recherche publiée le 11 août dernier dans le Journal clinique de l'American Society of Nephrology.

Cette nouvelle étude épidémiologique à grande échelle de l'École de l'Université de Washington Medicine et le système de soins de santé des anciens combattants de Saint Louis rapporte que les deux niveaux haut et bas de lipoprotéines de haute densité (HDL) présentent un risque d’issue fatale pour une personne. Cependant, les niveaux intermédiaires de cholestérol HDL peuvent effectivement augmenter la longévité. 

Ziyad Al-Aly, professeur adjoint de médecine à l'Université de Washington et auteur principal de l'étude, a déclaré que l’ensemble des chercheurs dont lui-même ont été particulièrement surpris par les résultats, si auparavant ils pensaient à tort que des taux élevés de bon cholestérol étaient bénéfiques  pour l’organisme. La relation entre l'augmentation des taux de cholestérol HDL et la mort précoce est inattendue et pas tout à fait claire à ce stade, nécessitant une étude plus approfondie. Le cholestérol est une substance grasse trouvée dans le sang qui peut réduire et bloquer les vaisseaux cardiaques, provoquant des maladies cardiovasculaires et d'AVC. Pendant des années, le cholestérol HDL est connu pour son action d’élimination de la plaque-construction du «mauvais cholestérol» des artères. 

Pour cette étude, les chercheurs ont étudié la fonction rénale et les niveaux de cholestérol HDL de plus de 1,7 millions d'anciens combattants de sexe masculin d'Octobre 2003 à Septembre 2004. Les chercheurs ont ensuite suivi les participants jusqu'en Septembre 2013. Les patients atteints de maladie rénale ont souvent des niveaux inférieurs de cholestérol HDL, ce qui pourrait expliquer le risque élevé de décès prématuré. Dans l'étude actuelle impliquant les participants avec différents états  de la fonction rénale, les chercheurs ont montré que les deux niveaux de HDL cholestérol élevé et bas ont été associés à un risque accru d’issue fatale.

«Les résultats peuvent expliquer la raison pour laquelle les essais cliniques visant à augmenter le taux de cholestérol HDL n'a pas démontré de meilleurs résultats», a ajouté le professeur Al-Aly. Ces conclusions concernant le cholestérol HDL et la mort prématurée n'ont pas été rapportées dans d'autres grandes études épidémiologiques qui ont une compréhension approfondie de la relation entre les paramètres de cholestérol et les résultats cliniques. Cependant, les études antérieures sont limitées en ce qui concerne le nombre de patients dans ces cohortes qui est relativement faible par rapport à cette approche grande de données permettant d’élargir la vision dans la nouvelle recherche

Les données de recherche ont montré une relation entre les niveaux de cholestérol HDL et de la mortalité par une courbe en forme de U, avec le risque élevé de décès  aux deux extrémités du spectre. Le maintien des niveaux intermédiaires de cholestérol HDL pouvant augmenter la longévité devra être explorée dans les études futures. « Une grande base de données est essentielle pour nous permettre de continuer la recherche et au défi les connaissances antérieures dans nos efforts continus afin de créer une meilleure compréhension des niveaux de cholestérol HDL et le risque de mort», a-t-il conclu.

Source: www.sciencedaily.com

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →