Carnet

Chouette, une part de moi va continuer à exister après ma mort !

06/03/2013

La reproduction


« Oh, ton enfant a tes yeux, il a ta bouche... »

L'un des moyens pour ne pas disparaître est... de continuer à vivre. Mais nous savons que les cellules fatiguent et meurent, sans forcément arriver à se régénérer.
Donner la vie est un très bon moyen de « mettre une part de soi » dans un être neuf capable de survivre quand les parents seront partis.
Le physique ne suffit pas, il faut également que survivent certaines de ses pensées :

  • Je vais transmettre mes valeurs à mon enfant.
  • Je vais l'éduquer, autant pour qu'il sache se débrouiller seul après ma mort

Qu'il défende mes idées à travers le temps. Evidemment, notre ego nous fait croire que « puisque l'enfant est issu de nous, il est une part de nous.
Mais l'enfant est avant tout un nouvel être unique dont les « liens du sang » ne sont qu'image disons « intellectuelle », d’ailleurs si un parent transmet son sang à un enfant, faute d'un groupe et rhésus sanguin compatible, l'enfant a toutes les probabilités de mourir …

Majoritairement, les parents ont du mal à transmettre leurs valeurs et il arrive souvent que ce soient les idées opposés que l'enfant développe…les psychologues prétendent que l’enfant doit se trouver lui même, il doit : « couper le cordon ».


La reproduction reste l'un des moyens le plus simple pour donner à l'humain l'idée d'immortalité.

Cette conclusion ne doit pas faire croire que c'est l'idée d'immortalité qui engendre la reproduction. Ce sont à la base les actes sexuels (et d'une manière générale la chimie du cerveau) d'au moins un des partenaires qui engendre le fait que depuis la nuit des temps les humains se reproduisent.
credit photo : reutersJe laisse une trace dans l'histoire de l’humanité !
La reproduction n'étant donc pas un moyen sûr de continuer à exister (l'enfant restant finalement le seul maître de son avenir) :

  1. Certains individus préfèrent entrer dans la mémoire collective
  2. Cette dernière étant sensée être moins volatile que la mémoire d'un seul être.

Mais comment entrer dans la mémoire collective ? :

  1. En marquant les esprits par des actes qui sortent de l'ordinaire,
  2. En montrant sa puissance, etc.

Cela va du simple artiste du dimanche au dictateur le plus impitoyable, en passant par les inventeurs, les politiciens voulant changer la face du monde, l'individu sait qu'il laissera une « trace immortelle » dans l'histoire lorsque son nom et son oeuvre entrent dans le dictionnaire.
Evidemment le support peut changer : certains préfèrent le marbre au papier ou les réseaux sociaux (mais cela semple plus éphémère)…
Le principe reste le même : placer des bouts de soi dans un support moins mortel que soi-même.

Source : d’après survisme.info

Sondage : seulement 1% aspire à l’éternité…

Woody Allen disait: « l’éternité, c’est long, surtout vers la fin. » L'immortalité, en fait, cela n...

La jeunesse éternelle version Allemande…

Fantasme ou réalité ? Tenter de percer le mystère de l'origine du monde visible et de la finitude d...

Raisons fondamentales de reconsidérer la mort

Et si l'immortalité devenait « envisageable » grâce au progrès scientifique et à la physique quantiq...

Ray...tour vers le futur

L'homme qui annonce qu'il ressuscitera son père et que l'immortalité est pour 2049.Connu pour ses th...