Carnet

Comment vivre avec nos fantômes.

MEDIAS

03-12-2012

Les Revenants : La nouvelle série diffusée par Canal+ 

Le concept est le suivant: dans une petite ville entourée de montagnes, dominée par un barrage, les morts regagnent leur maison, des années après leur décès: une adolescente de quinze ans, un petit garçon mutique, un jeune fiancé mort le jour de son mariage, un frère violent. Ils ne savent pas qu'ils sont morts, et vont le découvrir, se retrouvant confrontés à ceux qu'ils ont aimés et à un monde qui a changé. La série se construit ensuite autour des portraits de ces défunts avant de développer parallèlement l'intrigue.

 

 credit photo : © Batmanu / Haut et Court / Canal+

Comment vivre avec nos fantômes?
"Il s'agit vraiment d'essayer de la manière la plus réaliste possible de mettre en scène cette expérience inouïe d'une confrontationavec quelqu'un que l'on a connu, aimé et perdu" (Fabrice de la Patellière, directeur de la fiction française de Canal+ à l'AFP).
Comme le souligne Libération, cette mode apparue notamment au XIXe siècle d’entrer en communication avec les morts a toujours été une activité prisée par une partie de la population.
La résurrection des défunts dans la série Les Revenants rend obsolète toutes tentatives de dialogue avec les esprits.

Une obsession du revenant ?
Selon Emmanuelle Zech, le principe du deuil est d'une certaine manière l'autre face d'une même pièce.
Vous ne pouvez pas être en deuil :

  • Si vous n'avez pas été attachés à la personne
  • Le deuil est le coût du processus d'attachement qu'on a vis-à-vis des gens.

Une théorie qui parle "d'étapes du deuil".
La première tendance est de chercher à retrouver ce qu'on a perdu.
Les recherches scientifiques ne montrent pas forcément qu'il faut passer par la recherche pour passer à autre chose.
On peut continuer à vivre avec les souvenirs de la personne.
Voir quelqu'un revenir est une tendance que l'on retrouve souvent ?
Certaines personnes auront tendance à consulter des voyants (pour essayer d'avoir une preuve concrète que la personne peut encore être présente). Cela dépend des croyances des gens, de chaque individu et de la manifestation sous une forme très légère qui ne se remarque presque pas, la présence de l'autre et intégrée :

  • Sous forme de prière
  • De pensée
  • De conversation intérieure
  1. Il va aussi y avoir des cas d'hallucinations visuelles ou auditives : Vivre comme si un proche défunt était présent au quotidien.
  2. L'impression d'avoir aperçu l'autre : Le sentiment de le sentir ou de l'entendre arrive plus fréquemment qu'on ne le pense. (C'est plus problématique si cette impression est quotidienne).

Le temps qui passe va rendre les choses plus réelles.
Il est logique d'avoir ce sentiment de présence fugace à partir du moment où l'on a vécu au quotidien avec quelqu'un.
La perception des choses du quotidien doit s'adapter à la réalité.
Le deuil va-t-il être moins long chez les personnes croyantes ?  (Notamment celles qui croient en une vie après la mort)
Toujours selon Emmanuelle Zech, des pratiques ritualisées peuvent aider et orienter dans la gestion de ses émotions et dans la relation à l'autre. Dans certaines croyances, il y a une forme d'immortalité.
Il y a dans ce cas une coupure réelle dans la réalité, mais aussi une possibilité de retrouvailles dans une vie future après la mort.
Ceux qui sont dans croyance, et qui gardent malgré le choc du décès cette perspective religieuse-là vont avoir une forme d'apaisement.

Emmanuelle Zech : Professeur à l'Université catholique de Louvain.
Chercheuse dans le domaine de la psychologie du mourir et du deuil

Source : atlantico.fr et afp

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →