Carnet

Débat ouvert sur la fin de vie

18/09/2012

François Hollande a souhaité une concertation nationale à ce propos en juillet dernier.
Elle devra lui permettre de décider si la société française apporte aujourd'hui les réponses les plus justes aux enjeux de dignité et de solidarité auprès de celui qui meurt.

En salle demain le 19 septembre, le film " Quelques heures de printemps " intervient dans le contexte si sensible des controverses sur la fin de vie et remet la lumière sur un sujet majeure de notre société.


La loi française 


L’euthanasie dite “passive”
Le droit au "laisser mourir"  (la loi Leonetti depuis 2005 qui interdit l'acharnement thérapeutique). Aujourd’hui, les personnes admises à l'hôpital peuvent refuser les soins proposés (médicaments mais aussi nourriture et boisson).

Un débat bien vivant

  • « C’est la loi du mourir de faim et de soif. Comment ose-t-on nous dire que les gens ne souffrent pas ? »
  • « C’est une loi faite par des médecins et pour des médecins »

(Jean-Luc Roméro, président de l’ADMD)

L’euthanasie dite “active”
Approuvée par 91% des Français pour des malades incurables qui en feraient explicitement la demande (sondage Harris Interactive)
Des associations catholiques, (comme l’Alliance Vita), jugent au contraire cette loi trop permissive. L’envie de mourir des candidats au suicide assisté ne serait lié qu’à la douleur et à un défaut de prise en charge. Si la douleur était correctement soulagée au sein de services de soins palliatifs, la demande de mourir s'évanouirait.

La volonté de mourir peut fluctuer et être dépendante de pressions exercées par le milieu familial.(Consciemment ou inconsciemment)
Christine Boutin (La présidente du Parti Chrétien-démocrate) est aussi fermement opposée : "débattre de la possibilité pour une société d'approuver le fait qu'une personne est bonne à mourir, mais aussi de délivrer un permis de tuer, ne peut en aucun cas être noble et digne".


Proposition de François Hollande 

  1. Le président de la République (alors candidat) :
  2. « Toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité ».
  3. Dans une interview au journal Libération :
  4. « Nous constatons que la loi Leonetti, de 2005, permet le laisser mourir. Aujourd’hui, il s’agit de permettre d’aider à mourir. » Marisol Touraine ministre des Affaires sociales et de la Santé.

 

François Hollande a chargé le professeur de médecine Didier Sicard d'une mission sur la fin de vie pour "les cas exceptionnels". Le rapport du Professeur Sicard est attendu d'ici la fin de l'année, les décisions à suivre y sont donc suspendues...

Source : Le Monde

Un nouveau voyagiste spécialisé dans les visites macabres
Heureusement, en France, ce titre est pour l’instant de la fiction, mais qui sait ?… Le tourisme ma...
350 000 décès prématurés par an en Europe
350 000 décès prématurés par an en Europe, seraient dus à la pollution de l'air. L'OMS estime annuel...
Etre mort, ce doit être délicieux! Jean D'Ormesson
L’Académicien évoque dans son livre son regard sur l’au-delà.A 87 Ans, Il a le visage creusé par les...
Les producteurs responsables de la mort de Michael Jackson?
Aucun état d’âme sur la fragilité de l’artiste Les mails des producteurs font froid dans le dos. C...