Carnet

Découverte d'une enzyme immortalisante

05/07/2012
Une enzyme immortalisante a été découverte dans l’ADN d’un simple organisme de rivière pouvant maintenir les cellules jeunes pour toujours, ainsi que de son impact biologique sur le vieillissement, le stress et le cancer.
 

Découverte de la télomérase

 
En 2009, le prix Nobel de médecine a été remis à trois américains pour la découverte de la 
télomérase : Enzyme qui répare les chromosomes et dont l'activité anormalement accrue serait impliquée dans 85% des cancers.
 
Elizabeth H. Blackburn, biologiste moléculaire, chercheur à l'Université de Californie, nous explique dans le documentaire « la quête de l’immortalité »que son travail porte sur l'étude des fonctions des télomères :
(Structures dynamiques présentes à l'extrémité des chromosomes et qui jouent un rôle de protection).
 
Le matériel biologique humain est inégalement distribué : 
• Certains ont un corps de 16 ans avec des organes prématurément âgés.
• D'autres, à un âge avancé, n'ont aucun symptôme de vieillissement.
 
L’enzyme responsable de la régénération des cellules a ainsi identifié : 
La télomérase est un enzyme qui, lors de la réplication de l'ADN chez les eucaryotes, permet de conserver la longueur du chromosome en ajoutant une structure spécifique à chaque extrémité nommé le télomère.

Un coup de jeunesse...

 
Jean-Marc Lemaître, directeur de recherche à l’Institut de génomique fonctionnelle (Montpellier) est parvenue en 2011 à complètement reprogrammerles cellules dites « sénescentes ».
 
1. En les rendant similaires aux cellules souches embryonnaires, ces fameuses cellules « originelles » peuvent se transformer en cellules cardiaques, osseuses ou musculaires... 
 
2. En redonnant une seconde jeunesse à des cellules de patients âgés de 74 à 101 ans, l’équipe de biologistes de Montpellier a réussi une première mondiale. 
 
Une découverte majeure pour la médecine régénératrice.
Le procédé employé permet de rajeunir des cellules vieilles de 100 ans et de les ramener au stade de cellules souches embryonnaires, c'est-à-dire des cellules produites à la naissance. 
Cette réussite permet de confirmer que le vieillissement est réversible.
Les lois de la bioéthique en France limitent à de très rares équipes,les recherches nombreuses qui sont menées dans ce sens sur des cellules souches embryonnaires.
 
On ne sait toujours pas aujourd'hui en 2012 déterminer si l'immortalité humaine serait ou non réalisable, plusieurs scientifiques cherchent maintenant à mieux comprendre le fonctionnement et à activer thérapeutiquement cette enzyme miracle…
 
Source : inexplique-endebat.com