Carnet

Décès causés par les médias sociaux

MEDIAS

18-01-2017

Des changements de statut de relation sur Facebook, en passant par la séduction d’adolescents en ligne au triangle amoureux mortel, voici quelques cas de décès causés par les médias sociaux.

Messages agressifs sur Facebook 

Un père de famille tue son ex-femme pour avoir l’avoir agressé avec des messages sur Facebook. Adam en avait assez que son ex-épouse l’agresse avec des messages sur Facebook sur des questions de paiements de pension alimentaire pour les enfants. Au lieu de la bloquer sur le réseau social, il a pris la décision de la battre à l’aide d’un marteau avant de lui couper le cou. C’est le fils du couple âgé de 5 ans qui a fait la découverte macabre le lendemain du meurtre.

Jeux d’esprit malsains : Une femme de 28 ans tue des faux profils pour créer un buzz

Une femme  séduit des adolescents avec des faux profils Facebook de fantaisie qu’elle tue ensuite. Le tueur de réseau social le plus fou, mais qui n'était pas réellement un assassin. Les seuls meurtres commis par cette femme ont eu lieu dans sa propre imagination dérangée. Dans un plan tordu et sadique, la Néo-Zélandaise Natalia Burgess âgée de 28 ans a passé des mois à créer des faux comptes d’adolescentes attrayantes : «Jordz Williams», «Becca Maria Jullienne» et «Abby Jane Zoe William». Son objectif est de séduire des dizaines d'adolescents pour des relations virtuelles. Ensuite, Natalia «tue» les fausses filles dans des accidents tragiques ou des suicides, en utilisant d'autres personnages inventés pour faire part des nouvelles sur Facebook. Les amies virtuelles des filles étaient traumatisées et dévastées. Plus d’une quarantaine d’adolescents ont été identifiés comme étant des victimes de ces jeux d'esprit d'Internet. Sa manipulation dérangée a été découverte quand une autre femme de 22 ans a trouvé ses propres photographies dans une vidéo commémorative en ligne pour l'une de ces faux profils, une fille appelée "Abby". Natalia Burgess a été condamnée à deux ans et deux mois de prison.

L'homme tue son ami pour avoir "piqué" sa petite amie

Scott Humphrey âgé de 27 ans, a été envoyé en prison après avoir frappé à plusieurs reprises son ami, Richard Rovetto de 29 ans. La raison pour laquelle Humphrey a commis l’irréparable est que Rovetto ait flirté avec sa petite amie sur Facebook. Rovetto a pourtant affirmé ne pas savoir leur relation. Des saignements abondants ont découlé des coups de poing de Humphrey. Rovetto a succombé à ses blessures après avoir été poussé au sol, sa tête cognée sur le trottoir. Humphrey a fui la scène, mais s'y est retourné plus tard en admettant l'homicide involontaire, et a été emprisonné pendant quatre ans, quatre mois.

Changement de statut de relation sur Facebook

Même les «adultes» ne sont pas immunisés contre les crimes de cyber-jalousie. Un jour, la femme d'Edward Richardson, Sarah âgée de 22 ans, a décidé de changer son statut de «marié» à «célibataire». Après leur séparation, Sarah a décidé de revenir chez ses parents. Malheureusement pour elle, Edward a décidé de se glisser dans la maison des parents de la jeune femme et la poignarder à mort à cause du statut sur Facebook qu’il n’a pas supporté.  Après avoir commis ce crime brutal, Edward a fini par se tuer.

Les paroles d’un rappeur de «Horror Core» de MySpace exécutées réellement 

Richard Alden Samuel McCroskey III, âgé de 20 ans, était un rappeur de 'Horrorcore' de Farmville, une petite ville de Virginie. Réalisant que pas grand monde ne suit activement la bande sur Facebook, McCroskey s'est tourné vers Myspace où il a posté quelques-uns de ses paroles musicales sous le nom «Syko Sam ».

Paroles de chanson Sample :

"Vous n'êtes pas le premier, juste pour vous faire savoir
J'ai tué beaucoup de gens et je les tue vraiment
C'est le meilleur sentiment, en regardant leur dernier souffle
Poignarder et poignarder jusqu'à ce qu'il ne reste rien "

Ces paroles se sont avérées un peu incriminantes quand il a été accusé d'avoir tué quatre citoyens de Farmville. Les victimes de Syko Sam étaient sa petite amie, Emma Neiderbrock (16 ans), Melanie Wells (18 ans), ses parents, le pasteur Mark Neiderbrock (50 ans) et le docteur Debra Kelley (53 ans). Leurs corps ont été trouvés à la maison de Neiderbrock ayant été écrasés à mort avec un marteau et pendant qu'ils dormaient. McCroskey a plaidé coupable et a été condamné à la prison à vie pour les meurtres.

Interdit d’accès sur MySpace, il tue sur son père

Les parents de Hughstan Schlicker âgé de 15 ans lui interdit d'utiliser MySpace, ce qui l’a poussé à tirer sur son père avec un fusil de calibre 12. L’adolescent aurait menacé de se suicider pendant des semaines sur MySpace,  un grand signe d'avertissement qu’il avait quelques problèmes graves ... Le fait de lui enlever sa connexion Internet n'était pas la punition adéquate. Étant coupé du monde numérique, Schlicker déclare avoir l'impression d’avoir été poignardé avec un couteau… ». Un jour, à la maison, il décide d’en finir avec sa vie. Avec un temps de réflexion, il invente un jeu sadique : si son père rentrait à la maison après 16 heures, il ne se suiciderait pas mais tuera son père à la place. Et c’est ce qui arriva. Il est allé dans la cuisine et lui a tiré dans le dos. Il a ensuite appelé un ami qui l'a convaincu de ne pas se suicider. Tout cela juste parce qu'il ne pouvait pas mettre à jour son MySpace. 

Source: www.ranker.com

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →