Carnet

Décès d’un passager à bord d’un avion

PRATIQUE

30-01-2015
Il arrive rarement que quelqu’un décède à bord d’un avion, mais cela arrive plusieurs fois dans l’année. Les procédures dans les avions varient légèrement selon les compagnies aériennes.
 
 
Quelles sont certaines des procédures potentielles ou politiques qu'une compagnie aérienne doit suivre si quelqu’un meurt lors d’un de leurs vols?
  
Dans le cas où le décès survient tôt dans un vol, l’avion est susceptible de retourner à l'aéroport d’origine ou à l'aéroport le plus proche. À mi-chemin ou plus tard, il n’est généralement pas possible de revenir au point d'origine, dans ce cas-là, les responsables peuvent mettre en quarantaine l'avion à l'arrivée pour un maximum de 48 heures.
 
 
Habituellement, l’équipage suit la procédure d'urgence médicale, qui est de se dérouter vers l'aéroport le plus proche pour des soins médicaux, même si un passager n'a pas de signes vitaux. Lors d'un vol, un passager décédé peut être déplacé dans un siège vide en première classe ou en classe business selon la disponibilité, ou dans une salle de repos, allongé et couvert.
 
 
Dans le cas où aucune place n’est disponible dans l’avion, le passager décédé peut simplement être attaché étroitement tout en le couvrant. La meilleure chose à faire habituellement lorsqu’un passager meurt en plein vol est de placer le corps hors de la vue des autres passagers. Certains passagers peuvent ou non être détenus  à bord du vol pour une courte période de temps à l'atterrissage alors que les fonctionnaires font face à la situation. Les autorités de l'aéroport d'arrivée sont déjà avisées, qui sont généralement la police et le coroner. Certaines compagnies aériennes détiennent des sacs mortuaires à bord de l’avion.
 
 

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →