Carnet

Décès en couches un sur deux pourrait être évité !

06/03/2013

En France : Entre 70 et 75  femmes meurent chaque année en donnant la vie (pour 830 000 accouchements).

Plus de la moitié de ces décès auraient pu être évités selon Le Comité national d'experts sur la mortalité maternelle (CNEMM) qui a étudié les cas de mort maternelle sur la période 2001-2006. Leurs travaux ont permis de mettre en évidence plusieurs facteurs de risque, ainsi que des pistes d'amélioration.

  1. La mortalité maternelle se définit par :
  2. "le décès d'une femme survenue au cours de la grossesse ou dans un délai de 42 jours après sa terminaison".

Hémorragies et les embolies

  • L'enquête montre que dans près de 3 cas sur 4 (73 %), la femme décède en raison d'un incident obstétrical.
  • Ce sont les hémorragies juste après l'accouchement qui sont les plus à risques, puisqu'elles représentent à elles seules 15,5 % des cas.
  • Au total, les hémorragies, qui peuvent également survenir avant ou pendant l'accouchement, sont à l'origine de 25 % des décès constatés.

Les autres causes possibles sont :

  • les embolies amniotiques (16 %), l'embolie pulmonaire (9 %)
  • l'hypertension artérielle et ses complications
  • les infections (3 %) et les complications d'anesthésie (1,4 %)

Dans 27 % des cas, la mort n'est pas directement liée à la grossesse : AVC (7,5 %), maladies cardiaques, respiratoires ou cancers ont été ainsi d'autres causes de décès maternels.

50 % de ces décès sont évitables

Dans un cas sur deux (58 % des causes obstétricales directes et 26 % des causes indirectes), la mort de la patiente aurait pu être évitée par des mesures thérapeutiques plus appropriées.
Sont en particulier jugés comme évitables les décès par hémorragies (à 90 % !) si "des soins avaient été prodigués en temps utile", ainsi que les infections généralisées (83 %).
Ces 40 morts maternelles évitables par an procurent le vertige et sont à l'évidence inacceptables. Elles requièrent des mesures fortes là où ces situations sont les plus pressantes :

  • Améliorer l'évaluation, la vigilance et les capacités de réaction
  • Optimiser l'organisation des réseaux de soins

Une amélioration des transferts de patientes et de l'organisation des soins pourrait avoir un effet considérable sur le taux de mortalité maternelle.
Il est possible de mieux comprendre l'origine des maux observés et par conséquent, d'adopter les solutions qui s'imposent. L'épidémiologiste explique :

  1. "nous avions déjà constaté par le passé que les hémorragies étaient majoritairement responsables des décès, ce qui a conduit à l'obligation d'avoir des dépôts de sang à proximité immédiate des maternités".

Source : doctissimo.fr

2,7 verres par jour : bonjour les dégâts !
Les Français boivent beaucoup trop … La consommation d’alcool a été responsable (en 2009) de la mor...
Prévenir la mort subite
Faits et chiffres 40 000 personnes meurent subitement dans la rue, à la maison, sur un terrain de...
Les somnifères risqueraient de vous endormir … pour toujours.
La pilule est difficile à avaler et les consommateurs de somnifères risquent de regarder leurs gélul...
France : 5 % des décès annuels liés aux particules
Elle serait à l’origine chaque année d’environ 42 000 décès prématurés. Etre exposé réduirait en moy...