Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Auxois Libre Bourgogne Libre
L'Abeille de la Ternoise
L'Essor Savoyard
L'Eveil de Lisieux Cote
L'Indépendant du Pas-de-Calais
La Dépêche du Bassin
La Montagne
La Provence
Le Journal d'Elbeuf
Le Journal de la Cotière
Le Journal des Sables
Le Petit Courrier
Le Progrès Saint-Affricain
Le Républicain Lorrain
Les Nouvelles de Saone-et-Loire

Diminution des suicides des jeunes de 50%

SOCIOLOGIE DE LA MORT

12-02-2013
Des chiffres qui bousculent les idées reçues :
  • Les suicides des jeunes ont diminué de 50% en 25 ans
  • Le nombre total de décès par suicide a baissé de 20 % en France
Une évolution encourageante mais toutefois la France reste un «mauvais élève» (par rapport à ses voisins européens) :
  1. Plus de 10.000 morts
  2. 220.000 tentatives par an
  3. Le taux de décès par suicide en France est de  14,7 pour 100.000 habitants en 2010
  4. Moyenne européenne de 10,2 pour 100.000 habitants
Source : Didier Bernus (rapporteur du projet d'avis du la section des affaires sociales et de la santé) qui insiste sur la prévention qui peut faire encore baisser les chiffres :
  1. Il faut aller contre l'idée reçue que le suicide est une fatalité.
  2. Renforcer une prise de conscience et une volonté politique forte.
Didier Bernus de poursuivre dans le Figaro :
" Exactement comme cela a été fait pour la prévention routière et tout particulièrement axée sur la politique de prévention et la prise en charge des jeunes lors des derniers plans suicide, cela permet d'obtenir des résultats. Un gros du travail a été réalisé par les médecins psychiatres spécialisés dans la prise en charge des adolescents."

Le travail effectué sur la récidive s'avère déterminant:
  • Hospitalisation brève et appui psychologique
  • Le taux de récidive est maximum dans les 4 à 6 mois qui suivent une tentative de suicide

Un dispositif de veille au CHU de Lille permet de proposer au suicidant (après une hospitalisation dans un service d'urgence), un appui pendant une période de 6 mois. Un lien (non intrusif) est maintenu avec le suicidant: 

  1. Mails (ou courriers) personnels
  2. Appels téléphoniques ou SMS systématiques
  3. Mise à disposition d'un numéro permettant de joindre un soignant 24h/24.
  4. Si une crise est identifiée en cas d’appel  : une consultation est proposée,

Cette prise en charge a permis une diminution de 50 % du nombre de récidives.
Le suicide, ce n'est pas un coup de tête mais un processus avec des éléments apparents et cachés.
Une crise suicidaire peut être minimisée, confondue avec un mal-être. L'accès à des professionnels pendant et après la crise suicidaire est donc primordial pour interrompre ce processus (souligne Didier Bernus).

44 jeunes de moins de 14 ans se sont donné la mort en 2010 (Inserm). Insoutenables, ces drames génèrent une grande émotion. ils restent néanmoins exceptionnels. Didier Bernus doute de la pertinence de lancer une politique de prévention spéci­fique pour les très jeunes.
Régulièrement évoqué, jamais réalisé , le CESE conclut à la nécessité de créer un Observatoire national des suicides.

Source : Le Figaro Santé

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →