Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
L'Abeille de la Ternoise
L'Hebdo de Charente-Maritime
La Marseillaise
La Montagne
La Thiérache
La Voix du Sancerrois
Le Courrier Cauchois
Le Journal de l'Orne
Le Pays
Le Progrès Saint-Affricain
Les Informations Dieppoises
Libération Champagne
Midi Libre
Nord Eclair
Var Matin

Du vinaigre pour sauver des vies

MEDECINE SANTE

10-06-2013

Une technique simple et peu coûteuse : Ce dépistage du cancer du col l'utérus avec du vinaigre a été testé avec succès en Inde.
En France, le dépistage généralisé du cancer du col de l'utérus a permis de faire reculer de façon importante la mortalité liée à cette maladie.
Dans les pays où la faiblesse du système sanitaire ne permet pas d'offrir à toutes les femmes ce niveau de prévention, ce cancer est l'une des premières causes de décès.
Le dépistage au vinaigre mis au point par une équipe indienne est peu coûteux et ne nécessite pas de connaissances médicales poussées.
Elle consiste à badigeonner le col de l'utérus de la patiente avec une solution vinaigrée à 4% et d'observer à l'œil nu. Ensuite, à l'aide d'une lampe, s'il se forme des taches blanches sur les tissus, le test est positif.
La couleur blanche résulte de l'agglutinement du noyau des cellules anormales (potentiellement cancéreuses) sous l'effet de l'acide acétique contenu dans le vinaigre. Le résultat est visible en 60 secondes ! .

  1. La mortalité réduite de près d'un tiers
  2. L'efficacité de la méthode a été testée pendant 15 ans auprès de 150.000 femmes indiennes de 35 à 64 ans.
  3. Chez les volontaires ayant bénéficié d'un dépistage au vinaigre tous les deux ans, la mortalité a baissé de 31%
La généralisation de ce test permettrait de sauver chaque année 22.000 vies en Inde. Chaque année dans le monde, 250.000 femmes meurent d'un cancer du col de l'utérus.
Un des avantages de cette méthode de dépistage est qu'elle peut être prodiguée par des femmes de la communauté après une formation de quatre semaines.
En France, il est recommandé aux femmes d'effectuer un frottis cervical (pris en charge par la Sécurité sociale)au moins tous les 3 ans. 

 

Source : FigaroSanté

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →