Carnet

Et si l'on pouvait programmer la mort des cellules cancéreuses ?

14/06/2013

Gros plan sur une technique potentiellement révolutionnaire :

L'immunothérapie anti-cancer, qui consiste à doper les lymphocytes pour combattre une tumeur en formation.
 
Doper les cellules immunitaires pour combattre la tumeur en formation
Cette stratégie astucieuse consiste, chez une personne présentant un cancer, à doper ses propres cellules immunitaires, les lymphocytes, pour que ceux-ci, normalement mobilisés pour lutter contre les agents infectieux et étrangers, détruisent aussi les cellules qui prolifèrent afin de combattre la tumeur en formation.

Utilisée dans des cas de mélanome découverts à des stades évolués (souvent métastastiques),  la molécule Yervoy avait déjà soulevé de grands espoirs lors de sa commercialisation (en 2011). Plusieurs laboratoires se sont engouffrés dans cette voie de recherche. Depuis, plusieurs laboratoires se sont engouffrés dans cette voie et ont réussi à identifier 2 autres cibles : 

  1. Les protéines, dites "PD-1" 
  2. Les PDL-1 ( pour Programmed Death, mort programmée) et respectivement présentes à la surface des lymphocytes et des cellules tumorales.

La rencontre de ces 2 types de cibles provoque l’affaiblissement des lymphocytes. C’est la raison pour laquelle il faut agir en amont, ces molécules viennent encore de confirmer leur potentiel anti-tumoral.
Cette fois, les chercheurs les ont testées face à d’autres tumeurs que le mélanome. Elles ont montré un effet face à des tumeurs dites solides c’est à dire :

  1. Poumon, rein, colon, estomac...
  2. Soit une réduction du volume de la tumeur.

Ils restent des essais de phase précoce qui tardent cependant à prendre de l’ampleur. Leur coût est l’autre bémol, les conséquences sur les budgets des centres qui les délivrent :

  • Sur 11 des 12 nouveaux anticancéreux homologué en 2012 dépassaient le seuil des 100 000 dollars par an et par patient…
  • Entre augmentation du nombre des cas de cancers et charge économique, l’équation du traitement du cancer sera difficile à résoudre.

Source : sciencesetavenir.nouvelobs.com

 

Les deux principales “drogues licites” causeraient 122.000 décès prématurés par an.
Le Pr.Reynaud (psychiatre-addictologue) préconise à l’État de se montrer plus ferme à l’égard des de...
Du vinaigre pour sauver des vies
Une technique simple et peu coûteuse : Ce dépistage du cancer du col l'utérus avec du vinaigre a ét...
Risque de décès réduit jusqu'à 15% pour les végétariens
Un taux de mortalité réduit jusqu’à 15% avec un régime alimentaire végétarien, Ces résultats, publié...
Intégrer le certificat de décès dans la permanence des soins
25% des Français décèdent à leur domicile. Le premier acte, pour la famille en deuil, réglementaire...