Carnet

Faire face à la mort subite ou violente d’un proche

PSYCHOLOGIE DE LA MORT

09-07-2014

Le deuil est souvent difficile à vivre, et lorsqu’un proche meurt subitement ou violemment, le deuil peut être particulièrement difficile à accepter. La crise cardiaque est la principale cause de la mort subite et la deuxième cause de décès tragique, le cancer étant la première cause.


Soutenir quelqu'un qui a subi une perte soudaine ou traumatique


Il est difficile de savoir comment être avec quelqu'un qui a connu le deuil soudain. La plupart du temps, la personne ressent les sentiments suivants :
- un choc écrasant se manifestant comme l'engourdissement, la colère, le désespoir, l'incrédulité, la culpabilité et l'anxiété
- un refus, ne pas accepter la mort de l’être cher
- parfois, la culpabilité d'être en vie, ou l'auto-accusation
- le désir de voir la personne ou de l'enfant à nouveau.
- l’agitation, perte de concentration, perte de confiance, perte d'intérêt dans la vie
- l'incapacité de dormir ou de manger
- l'anxiété et les crises de panique, cauchemars et l'épuisement
- de longues périodes de pleurs et sanglots
- des pensées et les actions irrationnelles.
Certaines personnes sont terrifiées à l’idée d'être seules, d’autres veulent fuir la réalité.

Ces symptômes ont tendance à changer en fonction du degré de douleur de la personne, surtout si elle parvient à accepter cette perte soudaine, seulement, la vie ne sera plus pareille.



Voici quelques directives pouvant aider à soutenir quelqu'un qui a subi un deuil soudain :


Même si nous ne savons pas quoi dire,  il est important de dire une phrase très simple : «  être désolé d’entendre la mauvaise nouvelle ». Ensuite, laisser la personne en deuil s’exprimer s’ils veulent parler. Nous pouvons également envoyer une carte. En effet, il faut être à l'écoute en cas de besoin, et être prêt à faire face à quelqu'un qui est soit complètement traumatisé, engourdi ou soit dans un état de choc extrême. Nous nous sentons impuissants par rapport à la personne, ce qui est une réaction parfaitement normale quand nous sommes incapables de «faire» quelque chose pour arranger les choses. Ne jamais prétendre savoir ce que la personne se sent ; Et ne jamais dire à la personne ce qu'il faut penser ou ce qu'il faut faire, ou parler des propres croyances spirituelles ou religieuses, cela peut aggraver la situation. Au lieu de cela, faire quelque chose de concret pour aider comme mettre de la nourriture dans le congélateur, ou de laisser les casseroles sur la table de la cuisine, ou emmener les enfants à l'école par exemple. Seulement, ne jamais prendre mal si notre offre d'aide est refusée, il faut juste être là pour aider quand nous sommes sollicités.



Faire face au suicide



Lorsqu’une personne se suicide, faire le deuil et l’accepter est encore plus difficile à vivre. La personne en deuil est assez secouée, choquée et impuissante face au drame, ne sachant plus quoi faire.
Le suicide laisse une cicatrice, d’une part, parce qu'il est difficile de prendre en compte l'ampleur du désespoir et d'impuissance qui pourrait conduire quelqu'un à mettre fin à sa vie ; d’autre part, parce qu'il y a toujours la participation de la police et une enquête (souvent rapporté par les médias locaux) dans la cause de la mort, de sorte qu'il devient une histoire publique. Une toute autre raison peut-être parce que de nombreux parents et amis, même les voisins et connaissances, peuvent se sentir indignés par un tel acte «égoïste», ou constater que leur croyances religieuse ou spirituelle ont été offensée, ou peut-être qu'ils se sentent coupable de ne pas «avoir fait assez» ou ne pas avoir «repéré les signes », ou dit quelque chose qui aurait pu arrêter le suicide.

Alors sachant que dire à quelqu'un dont le parent ou un ami s'est suicidé peut être très difficile, voici quelques directives :
- Etre disponible et être là
- Etre prêt à l’écoute
- Ne pas pousser nos propres croyances, religieuses ou autres.
- Laisser libre à la personne en deuil de raconter ce qui s'est passé
- Il faut être également conscient que la personne peut se sentir  souvent extrêmement coupable, et a peur d'être jugé et mal compris
 Les relations familiales peuvent se briser, et le blâme peut devenir une arme pour d’autres, si nous ne savons plus quoi faire, il faut faire appel à des professionnels.  



Source : www.dyingmatters.org

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →