Carnet

Guinée : Hausse du nombre de décès du paludisme par rapport à celui de l’Ebola

MEDIAS

24-06-2015

L’épidémie d’Ebola en Guinée a peut-être conduit à 74 000 nouveaux cas de paludisme ne sont pas soignés, provoquant une hausse susceptible du nombre de décès que celui de l'Ebola, ont déclaré les chercheurs mercredi.

Au cours de l'épidémie d'Ebola en 2014, des visites aux centres de santé en Guinée ont chuté de 42 % dans les zones les plus touchées puisque beaucoup de personnes se retenaient de chercher de l'aide médicale par peur de contracter la maladie, selon un rapport publié dans la revue médicale The Lancet Infectious Diseases. L’auteur principal de la recherche des US Centers for Disease Control and Prevention, Dr Mateusz Plucinski a déclaré : « Un des problèmes est que les premiers symptômes du paludisme (fièvre, maux de tête et des courbatures) ressemblent à ceux de la maladie due au virus Ebola.»

Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le virus Ebola a tué 2444 personnes en Guinée, un total de 11 169 morts dans les trois pays d'Afrique de l'Ouest les plus touchés. Mais en raison de milliers de cas de paludisme non traitées, le nombre d’issues fatales dues au paludisme résultant de l'épidémie d'Ebola en Guinée est susceptible de dépasser largement celles causées par le virus Ebola lui-même, toujours d’après les chercheurs.

L’étude montre que dans les zones les plus touchées par l'épidémie d'Ebola, le nombre de personnes recevant des médicaments contre le paludisme a chuté de près de 70%. Pour l’étude, les chercheurs ont sondé 120 centres de santé publique en Guinée en Décembre 2014, à la fois dans les zones touchées par le virus et ceux qui étaient libre de l’Ebola.

Dans le monde, le paludisme a fait environ 584 000 disparitions en 2013, dont 453 000 enfants de moins de cinq ans. Bien que le financement pour lutter contre le paludisme ait triplé depuis 2005, cela est la moitié du montant de 5,1 milliards de dollars nécessaire. Le paludisme touche non seulement l’Inde, L’Afrique ou L’Amérique du sud, mais également La France et le reste de l’Europe. Pour la lutte contre la maladie mortelle qu’est le paludisme, Microsoft a pris la décision d’y prendre part en collaborant avec des universités américaines et en utilisant des drones permettant de capturer des moustiques.

 

Source: www.standardmedia.co.ke

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →