Carnet

Infanticide: la violation du droit à la vie

PSYCHOLOGIE DE LA MORT

23-03-2015

L'infanticide est un acte qui va directement contre le droit à la vie des enfants, un acte de provoquer délibérément la mort d'un très jeune enfant, âgé de moins de 1 an. Dans le passé, et dans de nombreuses sociétés, c’était une pratique répandue, permise par les différentes cultures à travers le monde. Aujourd'hui, il est considéré comme un crime contraire à l'éthique, cependant, il y en a qui le fasse encore.

Dans certaines cultures, les enfants ne sont pas considérés comme des êtres humains jusqu'à ce que des cérémonies aient été effectuées. L'infanticide se produit rarement une fois que ces cérémonies ont eu lieu, mais tuer un enfant avant celles-là n’est pas vu comme un homicide. Il est généralement difficile de se rendre compte d’un infanticide, parce que dans la plupart des cas, les enfants sont considérés comme mort-nés ou les enfants ne sont tout simplement pas enregistrés à l'état civil après la naissance.

Les différents types d’infanticide


L’Infanticide direct ou actif quand le bébé est tué délibérément, par des moyens de déshydratation ou de faim, suffocation ou encore des blessures à la tête. Tandis que l’Infanticide indirect ou passif commence par une alimentation inadéquate, la négligence ou la parentalité négligente, en particulier quand le bébé tombe malade.

Parfois, selon les circonstances, il n'y a pas de distinction claire entre l'infanticide et l'avortement. Par exemple, pour le peuple Yanomami du Brésil, quand une grossesse non désirée se produit, la femme est encouragée à travailler au cours du sixième ou septième mois de sa grossesse, puis le fœtus est tué s’il montre des signes de vie après la naissance.

Quelles en sont les causes ?

Dans de nombreuses sociétés, en particulier dans le passé, l'infanticide a été régulièrement utilisé comme un moyen de contrôler et de réguler la population. Les grossesses non désirées sont la cause la plus commune de l’infanticide de nos jours. Cela peut être parce que les femmes ou les familles n’ont pas assez de ressources pour s’occuper de leurs enfants et parce que, dans de nombreuses parties du monde, il n'y a pas accès aux formes modernes de contrôle des naissances ou l'avortement médical.

Une étude menée par Scheper-Hughes, publiée en 1992 et menée dans un bidonville au Brésil sur une période de 25 ans, a révélé une moyenne de 200 décès sur 1 000 enfants nés. La plupart de ces décès étaient dus à des formes indirectes ou passives d'infanticide. Les mères préfèrent que leurs enfants soient intelligents, actifs, et précoces de leur développement, et les enfants présentant des caractéristiques opposées ne reçoivent des soins médicaux quand ils étaient malades ou ont reçu moins de nourriture que leurs frères et sœurs, car ils étaient considérés comme présentant moins d'aptitude pour la vie.

Une autre cause de l'infanticide associée à des grossesses non désirées peut être les naissances illégitimes, ce qui signifie que la grossesse n’est pas le résultat d'un mariage reconnu par la société. Dans certaines cultures, ces naissances sont hautement indésirables, car ils peuvent déshonorer une famille.

Certaines sociétés effectuent encore l'infanticide en raison de croyances provenant de causes biologiques. Par exemple, dans certaines communautés au Bénin (Afrique) les enfants nés avec un handicap sont tués, que des effets magiques négatifs ou maléfices sont attribués à leur naissance. Les mêmes croyances s’appliquent dans les cas de jumeaux et enfants albinos de naissance. En ce qui concerne les jumeaux, parfois le deuxième enfant est le seul tué ou il est donné à une autre famille.  

L'infanticide féminin

L'infanticide des filles est la forme la plus commune de l'infanticide, à la fois aujourd'hui et dans le passé. Cette pratique est principalement due au fait que, dans certaines cultures, les hommes sont considérés socialement que les femmes. En outre, l'infanticide féminin est parfois lié au contrôle de la population.

Par exemple, le Rapport mondial des Nations Unies sur la violence contre les enfants menées auprès de 1000 femmes en Inde a révélé que l'infanticide était la cause de 41% des décès chez les filles nouveau-nées. En Chine, l'infanticide est également pratiquée, principalement en raison de la politique de l'enfant unique (même si elle existait avant), qui stipule que chaque couple ne peut avoir qu’un seul enfant. Beaucoup de parents préfèrent avoir un avortement avant la naissance, s’ils savent que l'enfant est une fille. Toutefois, chez les personnes qui n’ont pas cette possibilité, l'infanticide à la naissance peut être effectuée. Cette pratique va directement contre le droit à la vie en raison de préjugés sexistes, elle viole en particulier les droits des filles.

L’Infanticide et l'avortement des femmes ont causé un grand déséquilibre entre les sexes dans certaines régions. En 2007, un rapport de l'ONU estime qu'environ 100 millions de filles dans le monde avaient disparu, 80 millions d'entre eux en Chine et en Inde. Dans l'avenir, cela pourrait conduire à une augmentation de la traite des filles ou pour forcer les femmes à se marier avec plus d'un homme.

 

Source: www.humanium.org

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →