Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Eure Infos
Journal du centre
L'Alsace
L'Echo
L'Echo de l'Armor et de l'Argoat
L'Echo de Vibraye
L'Hebdo de Sèvre et Maine
La Dépêche du Midi
Le Courrier d'Aix
Le Courrier La Gazette
Le Journal du Médoc
Le Pays
Le Phare de Ré
Le Républicain Sud-Gironde
Paris Normandie

Intégrer le certificat de décès dans la permanence des soins

MEDECINE SANTE

05-06-2013
25% des Français décèdent à leur domicile. Le premier acte, pour la famille en deuil, réglementaire et obligatoire est celui du certificat de décès par un médecin généraliste. Une formalité qui n’est pas toujours simple …
  1. C’est en effet le médecin de famille qui procède à cette ultime consultation.
  2. Il est d’usage qu’il ne réclame pas d’honoraires pour ce faire.
En réalité, il n’est pas toujours possible de solliciter ce dernier lorsque le décès :
  1. Survient en pleine nuit
  2. Le week-end
  3. Pendant les heures ouvrables alors que le médecin traitant est déjà débordé d’urgences et en pleine tournée.
L’entourage doit alors trouver un médecin d’urgence.
Comme le souligne la Sénatrice (UMP) Catherine Procaccia dans sa question à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, les médecins sont de moins en moins enclins à se déplacer pour un certificat de décès :
  • Qu’ils ne considèrent pas vraiment comme une urgence,
  • Cet  acte ne fait pas l’objet d’une rémunération cotée, de plus l’examen sans aucune connaissance des antécédents médicaux peut prendre jusqu’à 30 minutes (et sans compter le déplacement).

Forcément affectées le médecin doit soutenir la famille lorsqu’elle est présente, le médecin répond aux questions en délivrant un diagnostic.
La sénatrice indique que comme n’importe quel acte, celui-ci devrait donc être inscrit dans la permanence de soins
Intégrer le certificat de décès dans la permanence des soins
La permanence des soins est : l’organisation de l’offre de soins, libérale et hospitalière qui permet de maintenir la continuité et l’égalité de l’accès aux soins en dehors des horaires d’ouverture des cabinets médicaux.
Points pilotes en Poitou-Charentes et Champagne-Ardenne, les agences régionales de santé y rémunèrent (sur la base d’un forfait) directement les urgentistes appelés via le 15, ainsi les médecins urgentistes contractualisés avec le 15 pourraient ainsi être rémunérés par l’agence régionale de santé
Cela permettrait une prise en charge rapide des personnes isolées sans famille
Certains défunts ont été laissés jusqu’à une demi-journée sur leur lieu de décès avant qu’une intervention soit autorisée. Ensuite, les familles seraient soulagées qu’un médecin puisse rapidement les rejoindre dans un moment si difficile.

Le vide "administratif" du prix de l’acte serait en partie réglé : puisqu’il n’existe pas de barème, les médecins appelés appliquent un tarif de visite normal généralement majoré à leur libre appréciation…

source : 94.citoyens.com

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →