Carnet

Cas de décès sur le lieu de travail et l’assurance vie

11/09/2018

Désormais de nombreux travailleurs reçoivent une prestation de « décès en service » de la part de leurs employeurs. Un montant fixe leur sera versé en cas de décès alors qu’ils occupent un emploi. Ce montant correspond généralement au multiple de ce que perçoit le salarié, compris entre deux à quatre fois son salaire annuel. Il lui est versé en cas de décès sur le lieu du travail ou en dehors des heures de bureau à condition de figurer sur la liste de paie. 

Le bénéficiaire de la prestation de décès en service

Si le salarié touchait annuellement 18 000 €, sa famille pourrait bénéficier d’un montant pouvant atteindre les 72 000 € pour qu’elle puisse gérer la situation financière. Dans certains cas, les proches du défunt en seront les principaux bénéficiaires, cependant, la prestation pourrait aussi être placée en fiducie après l’annonce du décès. Il est recommandé au salarié de se rapprocher de son employeur s’il ne sait pas ce que son assurance décès en service couvre et comment elle sera payée. 

Cette prestation ne remplace généralement pas une police d’assurance-vie complète bien qu’elle soit versée à la famille après le décès. Ces types de polices peuvent comprendre des clauses signifiant que le prêt hypothécaire sera entièrement couvert en cas de décès, quel que soit le montant restant dû, ce qui n'est pas le cas des prestations en cas de décès.

Gratuité de la prestation si l’assurance vie est payante

Les régimes en vigueur peuvent payer un peu moins que les régimes d’assurance-vie privés liés au revenu, mais cela a un coût. Contrairement à l’assurance vie qui peut être une option coûteuse et cela en fonction de l’âge du salarié, le décès en service est généralement une prestation de travail gratuite. Un décès sur le lieu de travail ne nécessite pas de soins médicaux, ce qui n’est pas le cas pour certaines polices d’assurance vie.

D’après l’assureur Chris McNab, de LV, l’assurance vie offrirait généralement une couverture plus complète si le souscripteur est prêt à payer. «Malgré le fait que la famille reçoivent une somme d’argent par de nombreux employeurs actuellement, ces prestations en cas de décès en vue de couvrir les coûts peuvent ne pas être suffisantes», a-t-il déclaré. «La souscription d'une police d'assurance vie individuelle peut vous aider, vous et votre famille, à compter du jour où la police est souscrite. Les politiques peuvent être adaptées pour vous et votre famille pour vous assurer que vous avez tout ce dont vous avez besoin. » a-t-il ajouté. 

Si la santé du salarié se détériorait de manière significative ou s’il change d’emploi, l’assurance vie continuerait de manière significative si ce n’est pas le cas pour ceux qui dépendent du décès en service, a indiqué M. McNab.

Source: Telegraph.co.uk

Co-op lance le service de crémation sans fioritures
Une option basique et moins chère que le service standard, la plus grande entreprise funéraire de la...
Prendre un congé en cas de décès d’un membre de la famille
Un salarié est amené à prendre quelques jours de congé à l'annonce du décès d’un membre de la famill...
Funérailles: Les cérémonies au choix
La personne en charge de l’organisation des funérailles choisit la cérémonie si le défunt n’a pas la...
Les obsèques d’un défunt sans famille
Généralement, le conjoint, les enfants ou les parents du défunt s’occupent de l’organisation des fun...