Carnet

La crise et les obsèques

30/11/2012

Sous la pression de la crise, le funéraire passe au low cost


La loi n’est pas parvenue, en presque vingt ans, à faire chuter le prix des obsèques.
Voilà quasiment vingt ans que le monopole communal des pompes funèbres a été abrogé (loi Sueur 1993), libéralisant le secteur. Cependant la baisse des tarifs attendue ne s’est pas produite.


Le prix des funérailles a augmenté d’un tiers en dix ans


La crise économique et Internet pourraient se montrer plus efficaces. Le marché du funéraire mute. S’y développe de toutes parts un discours sur les prix, en des termes empruntés à la grande distribution ( jusqu’ici indécents dans le secteur ) :

  • "Obsèques low cost"
  • "Discount"
  • "Prix cassés"…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo : Sébastien Erome pour Le Monde

Apparaît sur ce créneau "premier prix" un nombre croissant d’opérateurs :

  1. Avec vitrine
  2. Sur Internet
  3. De sites Web comparateurs de prix qui facilitent la mise en concurrence.

Le consommateur, jusqu’à présent, comparait peu dans le secteur du décès. Les obsèques sont un moment douloureux où l’on perd forcément en lucidité (avis de décès, condoléances, hommages...) . L’exemple d’un chômeur au RSA, dont le père décédé sans ressources demande :
"Si je ne peux pas payer, qu’est-ce qui va se passer ? La fosse commune ?"
Les entreprises funéraires ont de plus de plus de difficultés à se faire payer. Les clients demandent à régler en plusieurs chèques. Les impayés et le contentieux montent.
Chez Roc-Eclerc par exemple , la facture moyenne est de :

  1. 3000 euros pour une inhumation
  2. 2500 euros pour une crémation.
  3. L’entrée de gamme à moins de 2000 euros est bien mise en avant ces temps-ci…

Roc-Eclerc est désormais concurrencé par de nouvelles enseignes qui affichent toutes des obsèques à moins de 2000 euros.
Philippe Martineau, Directeur général Ecoplus funéraire : ("Mourir ne doit plus être un luxe") a eu la révélation :
"Face à la crise, à la paupérisation, il fallait repenser notre mode d’accompagnement."
Avec une offre de qualité, assure-t-on, plus simple, réduite à 3 propositions chiffrées :

  • 1250 €
  • 1990 €
  • 2490 €

"La demande est forte, cela ressemble à la montée des marques distributeurs dans la grande distribution", explique M. Martineau.
(Même raisonnement chez le parisien Clair Obsèques, ouvert depuis juillet 2011 avec les obsèques à 1180 €).
L’habitude de consommer malin par le Web n’épargne plus le monde du funéraire. Les tabous s’érodent, davantage de Français tapant le mot « obsèques » et  « décès » sur Google.
Quelques clics et de nouveaux sites comparateurs de prix fournissent des devis personnalisés.
Un arrêté d’août 2010 permet aux clients de comparer et de discerner l’obligatoire du facultatif.
Attention, Internet n’est pas toujours l’Eden du consommateur, les demandes exprimées sur les comparateurs de prix sont revendues aux sociétés de pompes funèbres qui souhaitent y répondre et tenter de gagner un client.

Le « low-cost » s’est emparé du système et les entreprises traditionnelles pourraient être amenées à proposer plus volontiers ces funérailles d’entrée de gamme (à environ 1400 €) qu’elles assurent avoir toutes en catalogue...

Source : lemonde.fr

Le visage du défunt pour 2100 €
Une urne en forme du visage du défunt et ses cendres ! Une  société américaine Cremation Solutions...
Modifier la législation sur la transmission du caveau funéraire
Le droit funéraire en France montre ses limites face à l’évolution de la société. Le Défenseur des...
Une majorité des Français préfèrent être incinérés qu'enterrés
Une large majorité de Français préfèrent désormais après leur mort : Etre incinérés (60%) Etre e...
La Bio-crémation offre une alternative verte à l'inhumation traditionnelle
L’intérêt d’une «Crémation sans flamme" ? Un reportage dans la provence, concernant l’hydrolyse alc...