Carnet

L’HORLOGE DE LA MORT

SOCIOLOGIE DE LA MORT

05-07-2012
On peut ne jamais regarder directement le soleil, pas même pendant sa propre mort. 
Et pourtant, tout au long de l'histoire de l'humanité, la mort fait partie des  thèmes persistants du mythe et de la religion, la science et de la magie, la curiosité et la peur. 

De notre point de vue la fin du XXe siècle, nous trouvons que, comme le soleil étant la source de la vie dans l'ordre naturel, ainsi la mort est de plus en plus reconnu comme le dynamisme central sous-jacent de la vie, la vitalité et la structure de l'ordre social. 
La mort est la muse de nos religions, des philosophies, des idéologies politiques, des arts et des technologies médicales.
Elle fait vendre des journaux et des polices d'assurance, tonifie les parcelles de nos programmes de télévision. 
Elle est le baromètre par lequel nous mesurons l'adéquation de la vie sociale :
1. Comparer le taux de mortalité et l'espérance de vie pour évaluer le progrès social.
2. Comparer les taux d'homicides nationaux afin de déduire la stabilité des structures sociales.
3. Comparer les taux de mortalité des différents groupes sociaux et déterminer les inégalités sociales. 

La vie devient transparente dans le contexte de la mort. 
Abram Rosenblatt a constaté, par exemple, que quand on leur rappelle leur mortalité, les gens réagissent plus sévèrement envers les transgresseurs morals et à devenir plus favorablement disposé envers ceux qui défendent leurs valeurs. 

Sur un plan plus psychologique, l'exposition de la mort peut même cristalliser et  dynamiser les voies des individus de leurs propres vies. 
Dans son étude sur des patients ayant eu des démêlés avec la mort, le cardiologue Michael Sabom a constaté que pour 43% qui avaient des expériences de mort imminente, l'expérience a fait plus pour changer la profondeur et la direction de leur approche de la vie que pour influencer la vie des autres.

Source : www.trinity.edu

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →