Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Info Eco
Journal du centre
L'Echo Charitois
L'Echo du Berry
L'Hebdo de Sèvre et Maine
L'Hebdomadaire d'Armor
L'Observateur de l'Arrageois
L'Observateur du Beauvais
La Dépêche du Pays de Bray
La Renaissance Le Bessin
Le Courrier du Loiret
Le Républicain Lot et Garonne
Les Nouvelles de Falaise
Les Nouvelles de Sablé L'Echo Fléchois
Ouest France + Presse Océan

La claustrophobie et la peur de la mort et de mourir

SOCIOLOGIE DE LA MORT

24-08-2016

La claustrophobie est généralement définie comme «une peur anormale des espaces fermés ou étroits». Un pourcentage étonnamment élevé de la population souffre de la peur de l'isolement physique. Un article intitulé « traumatisme de la naissance, Claustrophobie et thérapie LSD » a été écrit par le docteur Frank Lake, expliquant cette phobie qui peut être liée à la peur de mourir et du décès.  

De toutes les phobies psychologiques possibles, la claustrophobie peut être la plus grave de toutes. Dr Lake explique: «La racine latine de claustrum est un bar, ou un boulon, ou serrure. En ce sens, la claustrophobie n’est pas simplement la peur de l'espace réduit, mais des boulons et des verrous qui barrent le chemin». Les craintes de ne pas être en mesure de sortir de la situation est un élément commun à la claustrophobie. En effet, dans de nombreuses situations qui combinent l'obscurité et la douleur physique et émotionnelle, il s’agit de l’un des éléments les plus importants.

La grande préoccupation secrète de l'homme moderne est de trouver des moyens pour échapper à un monde d'isolement, une impasse, la peur de l'immobilité, l'angoisse d'être dans un monde isolé, incapable de trouver un moyen de sortir. Dans son article, le Dr Lake cite le prêtre jésuite et anthropologue, Teilhard de Chardin, pour le phénomène humain. Il fait en effet un lien entre trois choses: une naissance traumatique qui implique la vie et la mort, le sentiment d'être pris au piège. La vie et la mort subséquente déclenchent la peur dans un espace clos étroit, et son sens du monde et philosophie de la vie qui se rapporte aux sentiments. Le psychanalyste d'origine hongroise, Nandor Fodor, a étudié le traumatisme de la naissance à travers l'interprétation des rêves de ses clients. Son livre, la recherche du bien-aimé: Une enquête clinique du traumatisme de la naissance et prénatal (1949), a affirmé que les cas de claustrophobie ont souvent leur origine dans le traumatisme de la naissance. 

Une dépression peut être causée par une peur obsessionnelle de mourir et de la mort développée dans les jours et les semaines suivant un traumatisme. Ce qui nécessite parfois une hospitalisation psychiatrique de la personne concernée et même le besoin continuel de la présence de quelqu’un, d’une assistance. Des issues fatales peuvent malheureusement être engendrées par certains cas de claustrophobie. 

Source: www.primal-page.com

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →