Carnet

La mort chez les Helvètes

13/01/2020

A Genève, c’est gratuit...

Créé en 1866, le Service des pompes funèbres est totalement gratuit c’est la seule ville suisse à offrir un service sans frais, la mort sans débourser, c’est aussi un geste démocratique.

Toute personne décédée domiciliée sur le territoire de la commune de Genève (quelle que soit sa situation financière) et pour autant que l’on accepte les options de base proposées (notamment un choix de services et de cercueils plus restreints que dans les entreprises privées), peut en bénéficier.

Depuis 2005, un accord permet de proposer les mêmes conditions aux habitants de la commune de Vernier.

Le Toussaint’S Festival. 

La 5eme édition aura lieu fin octobre 2020 à Lausanne et s’intéresse au développement des nouvelles pratiques professionnelles autour du funéraire.

Thanatopraxie, confection du cercueil, nouveaux rituels, promession, humusation, mais aussi conservations des données numériques, les dernières volontés, bracelets de deuil, biographie, suivi de deuils

Des ateliers, des conférences, des films et des spectacles, des professionnels du métiers éclaireront les participants sur les nouvelles pratiques en ce début de décennie.

Le suicide "assisté" est légal.

Le Code pénal suisse autorise l'assistance au suicide lorsqu'il n'y a pas de « mobile égoïste » (l’aidant ne peut pas bénéficier de la mort de la personne).

Le dernier geste est généralement l’absorption d’une "potion létale" (sans quoi la mort sera considérée comme un meurtre). Très récemment, Le journal Ouest France a souligné un cas inédit d’un dangereux criminel interné à vie, qui souhaite recourir au suicide assisté, cela a mis en évidence un vide juridique que les autorités Suisses entendent combler début 2020.

La dernière statistique consacrée à l'assistance au décès en Suisse date de 2012 et d'après une étude, le "tourisme de la mort" aurait connu une recrudescence entre 2008 et 2012. Pendant cette période, 611 étrangers se sont rendus en Suisse pour mourir, 66 seraient venues de France.

La Suisse pourrait devenir le centre de l’Europe de la cryogénisation 

Les chercheurs de l’ETH Zurich ont mis au point des lipides qui forment avec l’eau une mésophase lipidique, dans laquelle aucun cristal de glace ne se forme même à des températures proches de -260 °C. Au lieu de cela, l’eau devient vitrifiée. D’autres propriétés telles que la toxicité n’ont pas encore été étudiées avant que l’on puisse tirer des conclusions quant à leur aptitude à la cryo-préservation. 

CryoSuisse (la Société suisse de cryogénie) et son président Patrick Burgermeister, cryogénicien de 50 ans, militent pour que les individus puissent se faire congeler au moment de leur décès dans l’espoir que de futures avancées technologiques puissent les ramener à la vie. La société s’engage depuis 2016 en faveur de la promotion, du développement et de l’application pratique de la cryogénie.

De nombreuses questions d’un point de vue du droit médical se posent. Le droit helvétique actuel ne tranche pas la question. Ce n’est pas formellement autorisé mais ce n’est pas non plus interdit. La liste des interrogations est longue, notamment en ce qui concerne un hypothétique retour à la vie. 

Et après tout en Suisse on sait déjà geler les avoirs bancaires...

Pourquoi la mort vient-elle dans le sommeil ?

Le sommeil est le frère jumeau de la mort, c’est ce qui est dit dans la mythologie grecque antique....

Difficile de parler de la mort aux patients

Le traitement des patients doit être amélioré par les médecins à mesure que la fin de vie des patien...

La mort par lapidation toujours d'actualité

Une peine de mort depuis l'ancien temps La lapidation est sans doute la forme la plus ancienne du m...

Accident de voiture : quand est-ce un homicide?

Chaque année, des millions d'accidents de voiture entraînent des millions de blessés et malheureusem...