Carnet

La technologie ou comment commémorer les défunts

08/01/2019

Une pierre tombale reste la forme la plus classique d'hommages, et pourtant, nous n’avons pas toujours les moyens de nous déplacer pour pleurer nos proches et se souvenir d’eux de cette façon. C’est là qu’intervient la technologie qui a fait de grands progrès, permettant de se souvenir de nos proches de plusieurs autres façons. La société contemporaine est loin de la mort, quelques-uns meurent à la maison, les hôpitaux et les maisons funéraires font face aux conséquences. Les rituels du décès sont privés et de nombreuses personnes en deuil sont socialement non prises en charge en dehors des limites de la maison.

Les Réseaux sociaux 

Les mémoriaux en ligne sont considérés par beaucoup comme une destination pour les «touristes de deuil» avec des motivations suspectes. Est-ce la médiatisation de la mort tout simplement ou un canal pour curiosité morbide? Facebook offre aux utilisateurs les pages RIP, un espace pour partager le chagrin. Ils sont considérés comme étant des sanctuaires virtuels légitimes pour des étrangers respectueux de transmettre leur sympathie à la famille et les proches endeuillées, tout comme s’ils déposent des fleurs sur les lieux d'une mort tragique. Le cas des pages RIP ont été observés, notamment dans le contexte de leur statut de célébrité post-mortem. La relation entre le « RIP-ing »et les couvertures médias aux côtés pratiques de communication sur les pages RIP a fait l’objet d’une étude. 

Chaque page RIP forte de +5 000 a été contrôlée pour les types d'expression et la familiarité alors en référence croisée avec la couverture de presse dans les 2 semaines suivant la disparition. L'immédiateté de la plupart des messages après la couverture de presse a montré un battage médiatique comme pilote probable. Les messages venaient principalement d’étrangers, une différence notable avec les pages avec moins de followings et moins que la presse où les visiteurs comprennent généralement la famille et les amis. Les messages pouvaient être des mots de sympathie comme une bougie ou une fleur.

Les réseaux sociaux permettent de rester en contact avec les gens à travers le monde, mais peuvent également être un moyen pour aider à se souvenir d’un défunt. Il est possible de publier sur le mur d’un défunt et permettre à ceux qui souhaitent en garder un esprit vivant, visiter le profil au besoin. Afin qu’un profil commémoratif soit activé, le réseau social Facebook exige une preuve de décès, et assure que les gens ne disparaissent pas simplement de réseaux sociaux.

La pierre tombale technologique et les lifestreams

Il est vrai que les méthodes classiques sont toujours les meilleures, mais il est possible de les mettre à jour avec quelques innovations modernes. Il existe plusieurs façons d'ajouter une touche personnelle à un pierre tombale moyennant un outil spécial ou un moniteur.  L'écran du téléviseur n’est plus très populaire, cependant, est encore utilisé par quelques entreprises. Ce moniteur jouera une série de photos en guise d'hommage émouvant pour le défunt.  Il y également les sites commémoratifs comme le journal de vie

Des sociétés telles que Living Headstones et Digital Legacys, peuvent mettre un code QR sur une pierre tombale. Les visiteurs le numériseront avec leur téléphone pour recevoir un lien en ligne. De cette façon, il est possible d’avoir de nouvelles idées, voir les hommages sur les réseaux sociaux ou une vidéo en ligne, pour que les gens puissent s’en inspirer quand ils viennent y rendre visite. Il y a de nombreux avantages qui font que cette option est plus populaire qu’un écran de télévision. Elles peuvent être créées et exécutées à la maison, la personne qui s’en occupe n’a pas à visiter la tombe pour gérer le site. Quant au lifestream, c’est une collection d’une présence en ligne, comme des vidéos, des blogs et autres interactions. En faisant une rétrospective sur le défunt, il est possible de mieux connaître la personne qu’elle était de son vivant, ainsi qu’une plus grande appréciation pour les différents points dans leur vie. Bien sûr, cela nécessite une présence en ligne, mais est quelque chose qui est commun dans la société d'aujourd'hui. À la fin de la journée, un lifestream utilise seulement la technologie comme une version plus avancée d'un journal ou une revue, laissant la famille et les amis de quelqu'un avec une preuve de leur existence, une empreinte numérique.

Le Cimetière Virtuel

La sépulture représente la dernière demeure du défunt, c’est à la fois un lieu symbolique mais surtout le lien qui nous unis, nous les vivants avec l’être cher que nous avons perdu. C’est un lieu de mémoire et de recueillement. La possibilité de se recueillir sur la sépulture reste parfois irréalisable, soit pour des raisons financières, par manque de temps, la distance, ou que les cendres ont été dispersées… 

La solution a été proposée par des entreprises ainsi que des sites qui fleurissent sur internet permettant de créer des tombes virtuelles. Ces sites, qu’ils soient gratuits ou payants proposent divers services, comme écrire des pensées, choisir un thème pour une page personnalisée, déposer des fleurs virtuelles, mettre des photos et vidéos, raconter les plus beaux évènements de la vie du défunt, allumer des bougies…, c’est ainsi que les proches et amis peuvent se retrouver autour de la mémoire du défunt, grâce à un partage de souvenirs familiaux et amicaux.

Une tombe virtuelle pour tous d'ici 20 ans. Cette constatation a été faîte par Jacques Mechelany pour le journal Le Monde, créateur d’un des plus grands sites mondiaux de cimetière virtuel "I-Postmortem Limited": « Aujourd’hui, il y a une véritable demande de préservation de la mémoire digitale, surtout chez les gens de plus de 40 ans avec des enfants. Notre pari est que d’ici 20 ans, tout le monde possèdera une tombe virtuelle ». Mais la question de sécurité reste sans réponse sur ce genre de site, ainsi que l’entretien de cette tombe virtuelle. Certains sites proposent jusqu’à 37 Euro par an pour l’entretien et la sécurité des informations, ainsi protéger la mémoire du défunt contre une profanation virtuelle, et que cette mémoire ne soit pas dénaturée.

De nos jours, nous capturons tant de moments de la vie sur un film, afin de pouvoir les rassembler en un DVD commémoratif qui peut se présenter sous différentes formes. Cela dépend de la façon dont vous voulez vous rappeler d’une personne en particulier, notamment en retraçant leur vie ou tout simplement une série de vidéos montrant les meilleurs moments de sa vie. De nombreuses sociétés aux États-Unis offrent ces services dont Memory Magic. 

Par quel moyen converser avec les morts ?

Une vie éternelle en ligne, c’est ce que le service web Eterni.me propose. Leur principal objectif est de faire vivre un défunt sous la forme d’avatar afin de pouvoir discuter avec ses proches après son décès. Cela dans le but de réconforter la famille ou les proches après le décès. Eterni.me, une start-up sortie du Programme de développement de l'entrepreneuriat du MIT, affirme avoir mis au point un moyen par lequel la personnalité peut être numériquement reconstruite après le décès. Bien que les détails sur le site ne soient pas développés, le service fonctionne par l'assemblage d'un portrait en fonction des activités en ligne de la personne lors de son vivant. A l’aide des historiques de conversation, de l'information du réseau social, des photos et des e-mails, le service utilise ces informations pour reconstruire des souvenirs et les manières du défunt.

"Eterni.me recueille presque tout ce que vous créez au cours de votre vie, et les processus de cette énorme quantité d'informations en utilisant des algorithmes complexes de l'intelligence artificielle," selon le site. "Ensuite, il génère un VOUS virtuel, un avatar qui émule votre personnalité et peut interagir avec, et fournir des informations et des conseils à votre famille et amis après votre disparition. C'est comme une conversation Skype du passé." 

Il n'y a pas beaucoup plus d'informations disponibles, mis à part ce qu’a créé l'équipe de designers et d'ingénieurs. Toutefois, les parties intéressées peuvent entrer leur adresse e-mail pour recevoir des mises à jour du site. "Nous accepterons les nouveaux utilisateurs progressivement," selon toujours le site qui a reçu 1300 inscriptions par e-mail en moins de 24 heures après sa mise en ligne, d’après Marius Ursache, chef de la direction de la mise en service.

Sources: Thedigitalbeyond.com / Sciencedaily.com / Slate.fr 

Isolement social : accroissement du risque de décès

La solitude nuit gravement à la santé et ne cesse de gagner du terrain, elle est autant stigmatisé q...

Mort subite du nourrisson, certains décès « évitables »

Selon une étude britannique, le risque de mort subite du nourrisson est multiplié par 5 pour les nou...

Emplois funéraires : de plus en plus de jeunes

Juste après la Seconde Guerre mondiale, de plus en plus de jeunes se sont intéressés aux emplois lié...

Doula de fin de vie : Aide pour faire face à la mort

Mieux parler de la mort, c’est ce que nous devons faire car c'est l'une des rares choses que nous av...