Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Courrier de l'Ouest
L'Alsace
La Tribune
La Voix de l'Ain
La Voix du Midi
Le Havre Presse
Le Journal de l'Orne
Le Journal de Vitré
Le Mémorial de l'Isère
Le Républicain Sud-Gironde
Les Nouvelles de Saone-et-Loire
Les Sables Vendée Journal
Messager Le Faucigny
Nord Littoral
Populaire du centre

La mort est elle une affaire privée ?

SOCIOLOGIE DE LA MORT

07-08-2013
Sur Twitter, le journaliste américain Scott Simon a chroniqué l'agonie de sa mère de 84 ans.
Les derniers moments d'une vie sont-ils des moments à exposer publiquement ?
Le journaliste radio a choisi de partager ses pensées avec ses 1,26 million de « followers » sur Twitter
L'animateur de l'émission Weekend Edition Saturday a fait connaître les dernières plaisanteries de sa mère, Patricia, hospitalisée en soins intensifs (dans un hôpital de Chicago).

Il a publié des photos de sa chambre, et de la vue de la fenêtre et dans les tous derniers moments, il poste les messages suivants:
  1. "Les cieux se sont ouverts au-dessus de Chicago et Patricia Lyons Simon Newman vient de monter sur scène".
  2. "On se réveille et on réalise qu'on ne rêvait pas. C'est arrivé. Pleurer. Hier, on ne pouvait pas".
  3. "Le coeur est en train de s'arrêter"

Les réactions ont été partagées : l'éloge, la colère…
Les tweets ont continué toute la semaine évoquant :

  1. le personnel du crematorium
  2. les perruques de sa mère
  3. la nécessité d'aller à la poste pour faire arrêter le courrier…
  • "Ce qu'a fait Scott Simon est merveilleux, intime" dit un commentaire à un article du Washington Post relatant l'histoire.
  • "Morbide et irrespectueux" dit un autre dans le Los Angeles Times
Le "dernier tabou"
L'historien Lawrence Samuel dans son nouveau livre « La mort, à l'américaine" écrit :
« Nous sommes entrés dans un monde sans précédent de mort »
Sous un aspect sociologique, il raconte comment la mort aux Etats-Unis est devenue « non-américaine ».
Avant les années 20, la mort était partagée dans la communauté, dans les veillées, accompagnée en musique comme à la Nouvelle-Orléans, puis l'individu a primé et la mort a été rejetée dans l'ombre.
"C'est notre dernier tabou. Avant, c'était le sexe, maintenant c'est la mort", dit l'historien
"La mort est  le contraire de nos valeurs : la jeunesse, le progrès, le succès. On ne réussit plus rien quand on est mort"
« La mort est donc très non-américaine, particulièrement si vous êtes un « baby boomer » ( Génération née entre 1946 et 1964).
Néammoins il faut aussi souligner qu'Internet a également changé aussi le deuil aux Etats-Unis avec :
  1. Des cérémonies de souvenir sur le Web
  2. Des enterrements et avis de décès en ligne.

Sociologue à la Rutgers University, Elizabeth Luth n'a pas été surprise par la réaction aux tweets de Scott Simon. "C'était surtout une réaction personnelle à sa propre mort, ou à la mort d'un proche estimant que certainement, les réseaux sociaux sont un nouveau terrain d'expression pour cela"...

"Quelqu'un que je n'aimais pas beaucoup m'a envoyé un si joli message que je ne comprends plus pourquoi je ne l'aimais pas. Merci maman"  twittait Scott Simon.

Source : Afp  

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →