Carnet

La mort subite du sportif tue encore beaucoup trop

19/08/2013

Les Français inégaux face au risque : Entre 0 et 44% de survie en fonction des départements français

La mise en place de défibrillateurs dans certains lieux publics et dans les enceintes sportives peut contribuer à une baisse de cette mortalité brutale et inattendue
La mort subite est liée à un trouble du rythme cardiaque, un emballement du cœur qui se met à battre de manière trop rapide et trop désordonnée, et qui, sans une action extérieure, entraine la mort.
2 études de l’Hôpital George Pompidou évaluant qui est plus à risque et dans quel département ce risque est le plus élevé, a été publié dans « l’European Heart Journal ». Les analyses ont été menées à partir de presque 800 morts subites en France survenues au cours d’un effort sportif ou dans l’heure qui le suivait au cours de la pratique d’un sport (entre 2005 et 2010).

Chez l’homme, ce risque de mort subite est retrouvé surtout dans 3 sports :

  1. Le cyclisme, le jogging et la natation, aucune différence de risque n’est retrouvé
  2. Les hommes âgés en moyennes de 46 ans sont touchés.

Chez la femme, aucune différence de risque n’est retrouvée en fonction du sport.
Cet accident cardiaque touche en fait des femmes âgées en moyenne de 44 ans

Par ailleurs, ce risque de mort subite augmente avec l’âge chez l’homme mais pas chez la femme.

La diffusion des défibrillateurs est sous le seul contrôle des élus locaux

  • 15,6% de survie en cas de présence d’un défibrillateur cardiaque (et à quelqu’un capable de l’utiliser dans les 10 minutes) 
  • 30% des patients pourraient en réchapper si une décharge électrique issue d’un défibrillateur pouvait relancer leur cœur

Ces chiffres sont une moyenne et les scientifiques mettent en évidence une disparité départementale inquiétante. Le Nord et la Côte d’Or arrivent par exemple en tête avec un taux de ressuscitation de presque 44% mais les Vosges et le Territoire de Belfort ont un taux de survie à 0%.
La mort subite ne touche pas que les sportifs. 40 000 personnes décèdent de mort subite (entre 800 et 1000 sportifs) chaque année en France, le plus souvent dans des lieux publics. La survie dépend donc des élus locaux qui auront investi dans un défibrillateur, mais également de la sensibilisation de la population à son utilisation.

Source : docbuzz.fr

Ne pas abuser du café
4 par jour soit 28 tasses par semaine seraient associées à un risque de décès prématuré accru de 56%...
Vraiment mort ?
Comment peut-on reconnaitre que quelqu'un est vraiment mort ? quels sont les indicateurs ? Vraiment...
La mauvaise face du soleil
Le mois d’août est l'occasion de parler des dangers du soleil. Pourtant le soleil est présent toute...
Top 10 des causes de décès dans le monde
On ne meurt plus aujourd’hui pour les mêmes raisons qu’autrefois, l’Organisation mondiale de la sant...