Carnet

Le certificat de décès électronique peine à s’imposer.

13/03/2013

Seulement 5% des décès en 2010 étaient recensés sous forme électronique.

Les statistiques de mortalité constituent un outil essentiel pour évaluer l’état de santé d’une population et mettre en œuvre des études épidémiologiques.
Elles permettent également de procéder à des comparaisons au niveau international.  
La certification électronique des décès s’inscrit dans un processus qui permet de travailler sur des données de qualité.

Le Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès a reçu :

  • 541 678 certificats de décès.
  • 533 977 ont fait l’objet d’une analyse approfondie. (année 2010)
  • Parmi eux, seuls 5% avaient pris la forme électronique.

Les certificats de décès électroniques sont mieux remplis que les certificats papier. Ils sont beaucoup plus précis. (Selon les équipes du CépiDC-INSERM).
Par ailleurs ils contiennent plus d’informations. Ce qui conditionne les possibilités d’analyse en cause multiple, comme c’est le cas pour des pathologies complexes (telles que le diabète).

  1. Le certificat électronique présente l’intérêt de faire gagner beaucoup de temps : Réception immédiate et simultanée par tous les organismes concernés
  2. Absence de délai de traitement…
  3. Rapidité du processus qui permet une surveillance efficace de la mortalité.

Les rédacteurs du BEH insistent sur la nécessité « d’organiser un enseignement sur la certification des décès de façon à augmenter leur qualité. »

Source : laperche.fr

Immobilier - Vivez près des cimetières !

« Vend appartement calme - sans vis-à-vis - Bd des allongés…» Ainsi pourrait-on rédiger une annonce...

Un bruit mortel …

137 morts en Europe à cause du bruit chaque jour ! Soit 50 000 décès par an ! Le niveau sonore est...

L'assurance décès-invalidité

Exigée par les banques lors d’un emprunt immobilier, l'assurance décès-invalidité se substitue à l’e...

Décès dus aux effets secondaires médicaments

4 personnes sont décédées après avoir pris la pilule Diane 35 (On l'apprenait ce week-end). Normal...