Carnet

Le tabac fait de plus en plus de morts

07/02/2019

Le quotidien national Le Monde a publié une infographie mettant en avant les chiffres plus qu’inquiétants de la mortalité due au tabac. Nous apprenons qu’il existe 1,3 milliard de fumeurs dans le monde, et que le tabac provoque 6 millions de morts par an. Ce chiffre est malheureusement en évolution constante. Si cette augmentation persiste, ce sera en tout 1 milliard d’individus qui mourront à cause de la cigarette au XXIème siècle. Des chiffres plus qu’effrayants lorsque l’on sait que, au XXème siècle, le tabac a causé le décès de 100 millions de personnes… un nombre déjà bien trop élevé, mais bien inférieur aux prévisions faites pour les années à venir.

Tous ces chiffres démesurés sont en constante augmentation, et ce, malgré toute l’information qui est mise en place autour de cette thématique : campagnes d’avertissement, interventions dans le milieu éducatif, photos sur les paquets de cigarettes ou encore mise en garde du tabagisme passif (qui représente 600 000 morts chaque année). La cigarette électronique a déjà permis à un certain nombre de fumeurs de réduire leur consommation de cigarettes, voire de totalement l’arrêter. Peut-être l’arrivée de ce nouveau phénomène sur le marché jouera-t-elle sur les chiffres, limitant le taux de mortalité lié au tabac.

Une douzaine de types de cancers causés par le tabagisme

Une étude rapporte que le bilan des morts du tabagisme va bien au-delà de celui du cancer du poumon. Le tabagisme est responsable d'au moins 345 962 décès par cancer aux États-Unis chaque année. Environ 45% de ces chiffres sont le résultat du cancer des poumons, des bronches et de la trachée, ont rapporté les chercheurs dans la revue JAMA Internal Medicine. Le pourcentage de 15% de ces décès est dû au cancer colorectal, 11% au cancer du pancréas et 6% sont dus au cancer du foie.

Les scientifiques ont déterminé que 12 types de cancer peuvent être causés par le tabagisme. Les chercheurs ont fait le calcul dans le regroupement de ces types de cancers, près de la moitié de tous les décès, soit 48,5%, peut être attribuée à la fumée de cigarette. Le cancer du poumon est très lié au tabagisme. Les chercheurs estiment que 83% des victimes du cancer du poumon chez les hommes et 76% chez les femmes sont le résultat du tabagisme.

Le tabagisme joue également un rôle démesuré dans le cancer du larynx. Environ 93% des issues fatales du cancer du larynx chez les femmes et 72% chez les hommes sont dus aux cigarettes, d’après les chercheurs. Par ailleurs, 51% des disparitions dues au cancer de l'œsophage, 47% du cancer de la bouche et de la gorge et 45% de celles dues au cancer de la vessie sont liés au tabagisme. Et dans un autre groupe figurent le cancer du foie, le cancer de l'utérus et du col utérin et le cancer de l'estomac, avec 24%, 22% et 20% des décès attribuables au tabac, respectivement. Pour compléter la liste, 17% des disparitions dues au cancer du rein, 15% de la leucémie myéloïde, 12% du cancer du pancréas et 10% de celles dues au cancer colorectal sont liés au tabagisme.

Pour arriver à ces chiffres, les chercheurs de l'American Cancer Society, le National Cancer Institute, Harvard Medical School et le Centre de recherche sur le cancer Fred Hutchinson ont combiné les données provenant de l'Enquête de National Health Interview, l’étude de la prévention du Cancer II de 2011 et cinq études connues comme étant le Pooled Centemporary Cohort. Les personnes qui ont pris part à l’étude étaient âgées d'au moins 35 ans étant plus instruites et présentant moins de diversité raciale que les Américains dans son ensemble.

Qu’en est-il du cancer du poumon ?

Les auteurs de l’étude ont noté que la nouvelle analyse ne comprend pas d'autres formes d'usage du tabac, tels que les cigares et les pipes. Pas plus qu'elle ne compte l'exposition à la fumée secondaire, qui est censée être responsable d'environ 5% des issues fatales du cancer du poumon. En conclusion, même avec ces limitations, le message à retenir est clair, selon les chercheurs qui ont mis en garde de ne pas négliger le lien entre le tabagisme et le suicide.

En France, la consommation de tabac a connu une augmentation depuis l’année 2005, plus particulièrement dans les classes socio-économiques défavorisées et chez les femmes, si elle avait diminué à partir de 1970. L'Institut national de veille sanitaire indique que le taux représentait près de 34% des adultes. Le tabagisme est responsable de 200 morts par jour dans le pays.

Globalement, le cancer est à la hausse, avec le cancer du poumon qui est la plus grande cause de décès du cancer, tant en Afrique du Sud qu’à l'étranger. Une étude internationale publiée dans le Journal of American Medicine Oncology utilise une nouvelle méthodologie statistique qui est de travailler sur les taux de cancer dans 188 pays, mesurant les augmentations entre 1990 et 2013. À l'échelle internationale, la proportion de décès dus au cancer a augmenté de 12% en 1990 à 15% en 2013. 

L'étude a révélé que les pays en développement avec des systèmes de santé faibles ont été durement touchés par la hausse des taux de cancer. Le cancer du poumon est la plus susceptible de tuer car il est plus difficile à diagnostiquer que le cancer du sein ou encore celui de la prostate. Le cancer du poumon a été considéré comme étant le plus grand cancer mortel en Afrique du Sud en 2013, avec 5 000 décès.

Le tabagisme chez les femmes augmente le taux de mortalité. Le chef de Vitality Institute, Derek Yach a déclaré que l'incidence du cancer du poumon augmenterait. « Les données montrent que le cancer du poumon est en tête du nombre de décès du cancer pour la première fois. La tendance va s'aggraver parce que plus de femmes ont commencé à fumer et les hommes sont en train de mourir après des décennies de l'usage du tabac. » Bien que le cancer du poumon soit le plus grand cancer mortel en Afrique du Sud, le cancer du sein et le cancer du col sont les plus grands cancers mortels de femmes et le cancer de la prostate le plus grand cancer mortel d'hommes.

Fumer moins ? Impact sur le risque de décès ?

Le fait de réduire sa consommation de cigarettes n'entraîne pas une baisse proportionnelle des risques de pathologies et de mortalité. Pour le risque de décès prématuré, réduire sa consommation de tabac ne sert à rien, il faut préférer l’arrêt complet de la cigarette. La comparaison observée de 5000 personnes sur une période de 40 ans montre des  taux de mortalité similaires chez des fumeurs qui ont réduit leur tabagisme et les ex-fumeurs. 

Les très gros fumeurs, semblent trouver un avantage de survie avec la réduction de leur tabagisme (Etude de l’Université de Glasgow). A contrario, une baisse des décès est mise en évidence de manière très nette en cas d'arrêt complet du tabac. Une exposition même très faible au tabac est suffisante pour déclencher un risque d'infarctus. Ces travaux remettent donc en cause l'idée bien ancrée selon laquelle c'est le nombre de cigarettes fumées qui détermine le niveau de risque cardiaque et cardio-vasculaire. Cette étude confirme donc une réduction de la consommation de tabac doit être envisagée comme une étape vers l'arrêt complet et définitif de la cigarette et doit également être associée à une substitution nicotinique. 

Un changement de paradigme de consommation tabagique

1. Les médecins eux-mêmes expliquaient aux patients que fumer quelques cigarettes par jour n'était pas très dangereux pour la santé
2. Une étude norvégienne de 2005 montre que le seul fait de fumer entre 1 et 4 cigarettes par jour multipliait par 3le risque de mourir d'une crise cardiaque et augmentait sensiblement le risque de cancer du poumon.

Un arrêt complet du tabac est très important et très rapide. En effet, un an de sevrage diminue le risque d'infarctus de 50%. Le risque d'AVC rejoint celui d'un non-fumeur.

Médecin et journaliste, l’ouvrage de Martine Perez : « Interdire le tabac, l’urgence » est une longue enquête sur la Tabagie avec :

· Analyse des coûts

· Diagnostics médicaux

· Profils psychologiques des intoxiqués

· Responsabilité des industriels

"C’est le fléau le plus mortel de l’époque, et toutes les politiques actuelles sont inefficaces à le vaincre. » indique-t-elle. Chaque cigarette est responsable d’une minute de vie en moins. Une personne sur deux qui fume décèdera du tabac.

Sources : latimes.com / slate.fr / lepoint.fr / timeslive.co.za

 

Décès insolites et absurdes? Les voici!

La mort touche tout le monde sans exception mais certaines personnes la subissent différemment. Elle...

Inquiétude sur l’intervention du service d’ambulance

Le décès de Doug Oak, âgé de 35 ans, a soulevé les inquiétudes du coroner principal de Dorset, Racha...

Le réalisateur Steven Eastwood filme une mort réelle

Briser le tabou en filmant une vraie mort. C’est ce que le réalisateur Steven Eastwood a sorti par l...