Carnet

Cheveux et ongles: continuent-ils à pousser après la mort ?

04/12/2018

C’est dans les films d’horreur et dans la littérature que cette vision « horrible » est présente. Afin de pouvoir en savoir plus, il nous faut examiner le processus de la mort, de la décomposition du corps, notamment au niveau des cheveux et des ongles. Le cœur s’arrête, le sang se refroidit et les membres deviennent raides. Et pourtant, malgré ces signes qui montrent qu’une personne n’est plus de ce monde, les ongles continuent de s'allonger et les cheveux poussent également… Du moins c’est ce que l’on dit… 

Une apoptose des différentes cellules 

Le jeune narrateur du roman de Erich Maria Remarque, All Quiet on the Western Front, imagine les ongles d’un ami qui a succombé à des suites de gangrène qui continuent de s’allonger comme un tire-bouchon et les cheveux de son crâne en décomposition continuant de pousser «comme de l’herbe dans une bonne terre». C'est une idée qui n'est pas agréable, mais qui ne semble pas être fausse. Cependant, est-ce bien vrai ?

Il n'est pas surprenant qu'il y ait peu d'études systématiques mesurant les changements quotidiens de la longueur des ongles et des cheveux chez les morts. Côté conseils, nous pouvons nous tourner vers des anecdotes historiques et des descriptions fournies par des étudiants en médecine travaillant avec des cadavres. Les chirurgiens spécialisés dans la transplantation ont également de l'expérience dans le calcul de la durée pendant laquelle les différents types de cellules continuent à fonctionner au-delà du décès. Différentes cellules meurent à des rythmes différents. Après que le cœur cesse de battre, l'apport d'oxygène au cerveau est coupé. En l'absence de réserve de glucose, les cellules nerveuses meurent dans les trois à sept minutes.

Les chirurgiens de transplantation doivent retirer les reins, le foie et le cœur des donneurs dans les trente minutes suivant leur mort et les transplanter aux bénéficiaires dans les six heures à venir, si et seulement si les organes à prélever sont viables. En effet, cela dépend de l’état de santé du donneur au moment de sa disparition. Les cellules de la peau, quant à elles, vivent plus longtemps. Les greffes peuvent toujours réussir si elles sont prises 12 heures après l’issue fatale. Cependant, le donneur d’organes a la possibilité de choisir de donner les organes qu’il souhaite donner et peut s’opposer au prélèvement d’un organe en particulier qu’il lui faudrait préalablement faire part aux proches. Dans certains cas, on peut donner un organe de son vivant. Sont uniquement concernés les organes non vitaux tels qu’un rein ou une partie du foie. La loi bioéthique en France précise que ce type de don n’est valable que pour les personnes particulièrement proches du donneur comme le conjoint, un membre de sa famille…

Processus similaire pour les ongles et les cheveux

Pour que les ongles poussent, de nouvelles cellules doivent être produites, ce qui ne peut se produire sans glucose. Les ongles croissent en moyenne de 0,1 mm par jour, un taux qui ralentit avec l'âge. Une couche de tissu sous la base de l'ongle appelée matrice germinale est responsable de la grande majorité des cellules qui forment la partie la plus récente de l'ongle. Les nouvelles cellules poussent les plus anciennes vers l'avant, faisant apparaître le clou à partir de la pointe. La mort stoppe l'approvisionnement en glucose, et donc la croissance des ongles. 

Un processus semblable se produit pour les cheveux. Chaque cheveu se trouve dans un follicule qui favorise sa croissance. À la base du follicule se trouve la matrice capillaire, un groupe de cellules qui se divisent pour produire les nouvelles cellules allongeant les cheveux. Ces cellules se divisent très rapidement, mais seulement lorsqu'elles sont alimentées en énergie. Cela provient de la combustion du glucose, qui nécessite la présence d'oxygène. Une fois que le cœur cesse de pomper l'oxygène dans le sang, l'alimentation en énergie se dessèche, tout comme la division cellulaire qui favorise la croissance des cheveux.

Alors, pourquoi les mythes persistent-ils à propos de la croissance des chaumes sur les mentons et les ongles des hommes morts qui s'allongent? Bien que ces observations soient fausses, elles ont une base biologique. Ce n’est pas que les ongles poussent, mais que la peau qui les entoure se rétracte à mesure qu’elle se déshydrate, les faisant paraître plus longues. Lors de la préparation d'un corps, les directeurs de services funéraires hydrateront parfois le bout des doigts pour contrer cela. C’est ce qu’explique le Dr Doris Day, dermatologue à l’hôpital Lenox Hill, à New York, aux États-Unis. En effet, la peau commence à se rétrécir après déshydratation du corps humain. Le processus de contraction donne l’impression que les cheveux sont plus longs et que les ongles cachées sous la peau sont plus visibles suite au rétrécissement de la peau. 

Que se passe-t-il pour d’autres parties du corps ?

La peau du menton d'un homme mort se dessèche également. En même temps, il tire vers le crâne, ce qui rend le chaume plus visible. La chair de poule causée par la contraction des muscles des cheveux peut ajouter à l'effet. Les scènes sont interprétées différemment et font peur dans la littérature et dans les films d’horreur, mais pas dans le monde réel le temps de décomposition d’un corps humain. Post mortem, la température du corps s’équilibre peu à peu avec la température du milieu ambiant et se refroidit. Sous l’effet de la gravité, le sang descend et il est stocké dans les endroits les plus bas du corps. La couleur de la peau commence à changer. La peau devient bleue ou pourpre dans ces parties du corps. On parle alors de la lividité cadavérique. Cette dernière est fixée une douzaine d’heures après l’arrêt du cœur. A force que le calcium s’amasse dans les muscles, le cadavre commence de plus en plus à devenir rigide. Le durcissement commence au niveau de la nuque, atteint les paupières et la mâchoire puis touche progressivement l’ensemble de l’organisme. Le processus de la rigidité dure environ 48 heures et disparaît au moment où une première tâche verte de putréfaction commence à se former au niveau de l’intestin qu’on peut constater sur l’abdomen.

Les tissus humains se décomposent en deux phases distinctes : l’autolyse ou autodigestion et la putréfaction. Quatre minutes après l’arrêt du cœur, les enzymes détruisent leurs propres cellules qui sont privées d’apport nutritif et d’oxygène. Quant à la putréfaction, il s’agit des conséquences de la bonne progression de la réaction biochimique d’autodestruction cellulaire qu’est l’autolyse. Les tissus sont attaqués par les bactéries et provoquent une réaction verte sur l’abdomen puis s’étend au niveau du thorax. Les bactéries produisent des gaz qui s’accumulent et forment des ampoules qui se décollent petit à petit. Viennent ensuite le gonflement du visage, des yeux et de l’abdomen. Le corps commence à noircir, les principaux organes sont détruits et des gaz ainsi que des liquides sortent par la bouche et le nez. Les ongles et les cheveux se détachent du corps quelques semaines plus tard. 

Source: Bbc.com

 

Inquiétude sur l’intervention du service d’ambulance
Le décès de Doug Oak, âgé de 35 ans, a soulevé les inquiétudes du coroner principal de Dorset, Racha...
Le réalisateur Steven Eastwood filme une mort réelle
Briser le tabou en filmant une vraie mort. C’est ce que le réalisateur Steven Eastwood a sorti par l...
Eglise catholique : Un prêtre peut-il refuser de célébrer un enterrement?
Voici quelques notes importantes quant aux dispositions que prend l’Eglise concernant l'octroi de tr...
L’inhumation des enfants et fœtus morts-nés
La viabilité d’un bébé, constatée par un spécialiste, est estimée à 180 jours soit à 6 mois de gross...