Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Auxois Libre Bourgogne Libre
Eclaireur Brayon
Journal du Diois
L'Hebdo des Savoie
L'Observateur du Cambrésis
L'Union/L'Ardennais
La Manche Libre
La Renaissance Le Bessin
Le Châtillonnais et l'Auxois
Le Courrier du Pays de Retz
Le Courrier Vendéen
Le Démocrate indépendant
Le Journal de l'Ile de la Réunion
Le Penthièvre
Vosges Matin

Les hommes plus exposés au risque de mort cardiaque subite que les femmes

MEDECINE SANTE

05-07-2016

Les hommes peuvent faire face à un risque élevé de mort cardiaque subite. Un homme sur neuf peut être davantage exposé à un risque de décès prématuré en raison de la mort subite cardiaque, généralement sans avertissement, tandis qu’une femme sur 30 peut faire face au même risque, d’après une nouvelle étude publiée dans le Journal de l'American Heart Association, le Journal Open Access de l'American Heart Association / American Stroke Association. L'hypertension artérielle et d'autres facteurs de risque cardiovasculaire ont été associés à un risque plus élevé de mort subite cardiaque, une constatation qui pourrait conduire à des méthodes de dépistage de la mort cardiaque subite.

Près de 450 000 personnes succombent à la mort subite cardiaque chaque année, selon l'étude basée sur des hommes et femmes âgés de moins de 70 ans, et survient le plus souvent chez les personnes ne présentant aucun symptôme de maladies cardio-vasculaires. L'étude actuelle offre les premières estimations du risque à vie pour la mort cardiaque subite. «Ces chiffres devraient soulever un drapeau rouge. Nous sélectionnons souvent des conditions qui sont moins fréquentes et beaucoup moins mortelle que la mort subite d'origine cardiaque. Par exemple, le risque à vie pour le cancer du côlon est d'environ un sur 21, raison pour laquelle les personnes âgées d’une cinquantaine d’années sont appelées à faire une coloscopie. Tandis que le risque à vie de la mort subite cardiaque chez les hommes est un sur neuf, et pourtant aucun dépistage n’est pour l’instant préconisée. », a déclaré Donald Lloyd-Jones, M.D., Sc.M., auteur principal de l'étude et président de médecine préventive à l'Université Northwestern Feinberg School of Medicine à Chicago, dans l’Illinois. 

Lloyd-Jones et ses collègues ont examiné les données à long terme sur plus de 5200 hommes et femmes âgés de 28 à 62 ans qui étaient exempts de maladie cardiovasculaire au moment de leur inscription à la Framingham Heart Study, une étude cardiovasculaire depuis des décennies. En se concentrant sur quatre grands facteurs de risque, à savoir la pression artérielle, le cholestérol total, le tabagisme et le diabète, les chercheurs ont calculé des estimations globales de risque cumulatif à vie pour la mort cardiaque subite, et les estimations selon la charge des facteurs de risque. Pendant le suivi, la mort subite cardiaque est survenue chez 375 personnes. Le risque de mort subite cardiaque était plus élevé pour les hommes que les femmes, avec un risque global de 10,9 pour cent pour les hommes à 45 ans (environ un homme sur neuf) et 2,8 pour cent pour l'ensemble des femmes à 45 ans (soit environ une femme sur 30). 

« La mort subite cardiaque a été très difficile à étudier car la plupart des patients n’avaient pas d'antécédents de problèmes cardiaques, ce qui n’ont pas été surveillés au moment de leur décès», a déclaré Lloyd-Jones. «La majorité des cas surviennent avant l’âge de 70 ans, ce qui est évidemment soudaine et dévastatrice pour les familles, avec une charge qui peut être assez grave. », a-t-il ajouté. La Framingham Heart Study fournit des données fiables en raison du grand nombre de participants bien caractérisés et une longue durée de suivi. Par ailleurs, tous les participants étaient de race blanche, les résultats ne peuvent pas nécessairement être appliqués dans d'autres races ou groupes ethniques, ont précisé les chercheurs.

Source: www.sciencedaily.com

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →