Carnet

Les somnifères risqueraient de vous endormir … pour toujours.

MEDECINE SANTE

27-02-2013
La pilule est difficile à avaler et les consommateurs de somnifères risquent de regarder leurs gélules différemment…
Les médicaments couramment prescrits pour dormir sont associés à un risque de décès plus de quatre fois plus élevé que celui de personnes qui n'en prennent pas. De plus, ces divers somnifères sont également associés (chez les plus gros consommateurs), à un risque de cancer significativement plus élevé de 35%.

L'étude de 5 ans du Dr Daniel Kripke (La Jolla - Californie) publié dans le sérieux journal médical BMJ Open porte sur :
  • 10 529 adultes
  • Age moyen 54 ans
  • Ayant eu des ordonnances d'hypnotiques (médicaments pour aider à dormir)
  • Comparés à un groupe de 23 676 de personnes n'utilisant pas d'aide médicamenteuse pour dormir
Les patients qui prennent :
  1. Du Zolpidem, du Temazépam
  2. ou d'autres hypnotiques …
Ont un risque de mortalité de 4,6 fois supérieur à celui des personnes qui ne prennent aucun de ces médicaments.  
Donner l'alarme vu la consommation de ces médicaments
Chez les petits consommateurs (moins de 18 cachets / an) :
  • Le risque de décès reste 3 fois supérieur ajoute l'étude.
Même si leurs travaux viennent conforter d'autres études, les auteurs reconnaissent que l'association entre ces médicaments et le risque de décès n'implique pas forcément un lien de cause à effet :
« Nous estimons qu'approximativement 6 à 10% des adultes américains prenaient ces médicaments en 2010 et ces proportions pourraient être plus élevées dans certaines parties de l'Europe ».
Les hypnotiques pourraient (en 2010) avoir été associés à 320 000 à 507 000 morts aux seuls Etats-Unis.
Il y a eu 265 décès parmi les 4 336 patients passés en revue prenant du Zolpidem (très prescrit), contre 295 parmi les plus de 23 000 personnes qui n'avaient pris ni sédatifs ni comprimés pour dormir.
Un lien entre :
  1. Les somnifères et les accidents de voiture
  2. Les chutes, les problèmes de régurgitations dans l'oesophage et d'ulcères avaient déjà été établi…
Source : Afp - Journal médical BMJ OPEN

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →