Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
L'Aisne Nouvelle
L'Eveil de Pont-Audemer
L'Hebdo des Savoie
L'Orne Combattante
La Dépêche du Midi
La Dépêche du Pays de Bray
La République de Seine-et-Marne
Le Journal de l'Orne
Le Journal des Flandres
Le Mémorial de l'Isère
Les Sables Vendée Journal
Libération Champagne
Liberté Le Bonhomme Libre
Var Matin
Vaucluse L'Hebdo

Les traditions de la Toussaint ou « la mort contre nature ».

CELEBRATIONS DU MONDE

01-11-2013

Aujourd’hui, la foule déambule dans les cimetières, fleurissant les tombes…

Auguste Comte disait : « Le culte des morts est signe d’humanité »
Le tombeau est une parole d’antinature avec sa Croix, croissant, étoile de David ou faucille et marteau…Les cimetières sont avant tout des lieux où l’on vole la mort à la nature. La mer de pierre qu’est un cimetière procède d’un vol qui humanise :

  1. Voler la mort et hors-nature, le tombeau scelle le corps dans l’humanité. Nous entendons que l’unique différence entre nous et l’espèce animal est que l’être humain sait qu’il va mourir un jour…les animaux ne meurent pas (ils périssent), seul l’homme meurt.
  2. Les rites mortuaires et les lieux où l’on entrepose les morts permettent de conserver le défunt dans le sein de l’humanité, ce qui singularise l’homme dans l’univers. Le cimetière est une ville peuplée de morts édifiée pour empêcher la nature de submerger l’humain.

Le recommencement est son mouvement, la tombe est une institue du souvenir car la nature fait de l’oubli sa loi. Même si « tu retourneras poussières » La sépulture délivre le message de la dignité et du souvenir que l’on accorde aux restes matériels, au souvenir abstrait, et à l’âme pour les croyants.
Le savoir qui habite tous les humains plus ou moins consciemment : L’irrespect pour les restes des mortels, voire pour les tombeaux qui les abritent, l’abandon sans aucun rite (de ces restes aux animaux charognards), reconduit à l’état brutal de nature.
L’obligation, ressentie par tous les humains, de vouer un culte aux morts. l'Homme est un garde frontière, frontière conflictuelle entre l’humain et le naturel, il est le gardien de la mort.
« Les cimetières sont des jardins, faisant ainsi partie des lieux les plus antinaturels qui soient, ceux où l’homme, pour rester lui-même, triomphe de la nature ».
Pour accomplir notre office de gardiens de la mort, beaucoup se rendent aujourd’hui au cimetière. Dans les allées des cimetières, le jour de la Toussaint nous essayons de vérifier que l’humanité n’est pas entamée, (car c’est elle au fond que nous fêtons), et tentons de la sauvegarder, ainsi que préservant notre conscience en « fêtant » le jour des morts.
Certains cependant ont fait le choix de la modernité avec un mémorial sur internet, un autre sujet …

Source : d’après La Dépêche du Midi

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →