Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Haut Anjou
L'Essor Sarladais
L'Eveil de Lisieux Cote
L'Impartial
L'Indépendant
L'Union/Aisne
La Charente Libre
Le Bulletin de l'Arrondissement de Rouen
Le Journal d'Ici Tarn et Lauragais
Le Journal de l'Orne
Le Parisien
Le Régional de Cosne
Messager Genevois
Ouest France
Var Matin

L'homme aux 45.000 morts

MEDIAS

26-12-2012
Bachar el-Assad n'a toujours pas lâché le pouvoir en Syrie. Confronté aux révoltes depuis mars 2011,
la Syrie n'est pas la Tunisie, encore moins la Libye.
La dynastie au pouvoir a tant joué pendant près d'un demi-siècle sur l'imbrication des ethnies et des religions pour se constituer des alliances de circonstance grassement récompensées, son armée a tellement été cloisonnée entre loyautés hiérarchisées qu'il est au final plus compliqué de venir à bout de cette tyrannie qu'on ne le pensait.
La tragédie (il n'y a pas d'autre mot), que vit le peuple syrien doit aussi beaucoup a l'absence d'unité de l'opposition.
Les violences en Syrie Confronté aux révoltes depuis mars 2011, ont fait plus de 45 000 morts.
(Dont plus de 30 000 civils).
  • 11.217 Soldats sont décédés.
  • 1.511 morts chez les déserteurs
  • Il faut ajouter 776 autres personnes tuées dont l'identité n'a pu être établie
(Source OSDH)
Principale difficulté : ni les rebelles ni l'armée ne révèlent le nombre exact de personnes tuées dans leurs rangs pour ne pas porter un coup au moral des troupes.
Ces bilans ne comprennent pas les milliers de personnes disparues en détention ni la plupart des morts parmi les miliciens pro-régime.
L'OSDH ne recense pas non plus les combattants étrangers dont la mort est annoncée dans leurs pays d’origine.
Le nombre des victimes pourrait ainsi dépasser les 100 000 …

Sauf coup d'État de l'intérieur, Bachar peut durer encore des mois.,
« Son armée n'est engagée dans les combats qu'à hauteur de 15% de ses effectifs » (Antoine Sfeir - Directeur des Cahiers de l'Orient).
Tout le monde en revient aujourd'hui à la position exprimée à Genève en juin selon laquelle toutes les parties au conflit devaient dialoguer pour trouver une issue politique à la crise.
À l'époque, le camp occidental sous-entendait que cela impliquait le départ de Bachar.
Aujourd'hui il semble que les Russes n'en soient plus très loin.
La réalité du Terrain :
Selon un diplomate européen, si personne ne revient à la raison, cette confrontation entre forces loyales à Bachar et rebelles dégénérera en guerre civile en comparaison de laquelle celles :
  1. D'Irak
  2. Du Liban ou
  3. De Somalie
passeront pour des parties de plaisir.

Source : JDD et Afp

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →