Carnet

L'immortalité ne connait pas la crise

QUETE DE L’IMMORTALITE

09-10-2013
Les rêves d’immortalité ne connaissent pas la crise non plus ...
Société pionnière de l’ingénierie des génomes au niveau mondial, Cellectis n’est pas la première entreprise à surfer sur la peur qui taraude tout simple mortel face à la vieillesse et les maladies incurables.
Profitant des espoirs qu’ouvrent les avancées de la recherche, nombre de sociétés se sont montées pour proposer de disposer d’un petit matelas de cellules souches. Les sommes à débourser se montent toujours à quelques milliers de dollars pour le prélèvement initial, auxquels s’ajoute un loyer de stockage.

Nous avions déja évoqué dans avis-de-décès.com le contrat à 47 000 dollards que le client peut passer avec la société Scélis (filiale de Cellectis). Un prélèvement de peau est effectué, puis les cellules cutanées sont cultivés pour en augmenter le volume et on en transforme une partie en cellules souches pluripotentes induites qui sont conservées dans de l'azote liquide à -180°.

Des « bouts de soi » en brochure
- Les extraits que l’on vous propose de conserver sont épais :

  • Le sang de cordon arrive en tête de l’offre de plusieurs banques privées, interdites en France, où le don et les greffes sont supervisés par l’Agence de la biomédecine.
  • La société Cryo-Save, qui voulait s’implanter en France sur ce créneau, s’est fait retoquer par le Conseil d’Etat puis le Conseil constitutionnel, en 2012.
  • En Inde, on a vu apparaître, il y a 3 ans, une banque proposant de stocker du sang menstruel !
  • D’autres ont eu l’idée de conserver le prépuce après circoncision, de la graisse enlevée après une liposuccion, ou plus soft, du bulbe capillaire.

Tout récemment en France, la firme Clinident souhaitait monter une banque de pulpe dentaire, face au refus des autorités, elle a dû aller au procès et elle a perdu, confirmé par le jugement de la cour d’appel de Lyon il y a 3 Mois.

 

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →