Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
L'Echo de Brou
L'Echo Sarthois
L'Eveil Normand
La Marseillaise
La Voix du Jura
Le Courrier d'Hirson
Le Courrier de Fourmies
Le Paysan du Haut-Rhin
Le Petit Journal
Le Ploërmelais
Le Progrès Saint-Affricain
Le Républicain d'Uzès et du Gard
Le Réveil Normand
Nice Matin
Vosges Matin

L’occultation de la finitude est illusoire

SOCIOLOGIE DE LA MORT

28-08-2013

Je l’avoue, j’ai appris deux mots récemment : Cyborg amortel

  1. Le nombre de centenaires s’accroît chaque année
  2. La médecine de confort et prophylactique fait des progrès considérables
  3. La lutte contre le cancer progresse
  4. La recherche sur le vieillissement commence à identifier pourquoi nos cellules vieillissent  …
Allons-nous tous devenir des créatures qui refusent de vieillir ? Equipés de nanorobots, allons-nous défier la nature et ces processus physiologiques ?
A l’image de Madonna, les « amortels » acceptent l’augure d’une vie longue et prétendent vivre celle-ci de la même manière depuis la fin de l’adolescence…ils préfèrent sauter l’étape du vieillissement et du déclin.
  • Ils ont changé les aliments en alicaments
  • Transformé la diététique en éthique et l’éthique en esthétique.
  • Ils se font combler les rides avec des séances de botox et enlever les taches brunes
  • Redresser les seins, affiner la silhouette…

Les Amortels connaissent la médecine réparatrice, la cosmétique anti-âge, et sont souvent dépendant aux toniques sexuels. Le business de l’amortalité a de beaux jours devant lui...Comme le dit Eric Deschavanne (professeur de philosophie) :
Par-delà les excès et les ridicules du « jeunisme », il convient de reconnaître la légitimité de cette volonté de « bien vieillir » et la banalisation de l’accès au grand âge nous contraint à intégrer la perspective de la longévité.
La vieillesse serait abolie, l’enfance et l’adolescence se trouveraient fortement relativisés, voire complètement oubliées après 200 ans d’existence et la problématique des âges de la vie, liée à la conscience de la finitude, cesserait alors d’avoir la moindre signification.

 

Conserver suffisamment de vitalité pour donner un sens à la quantité de temps gagné sur la mort…
La prévention des maux du vieillissement prend une place de plus en plus importante dans nos vies. Régimes et activités physiques constituent à nos yeux sans doute une part irréductible d’incertitude et d’illusion. Au plan politique : le risque est de voir se développer l’inégalité des ressources permettant de bien vieillir. Quand bien même une révolution scientifique nous ferait définitivement basculer dans l’ère de l’amortalité, le risque existentiel qui menace les « amortels » réside dans la tentation de vivre comme s’ils ne devaient jamais mourir.
Quand bien même une révolution scientifique nous ferait définitivement basculer dans l’ère de l’amortalité, notre vie humaine est un récit pourvu d’un début, d’une fin, et qui passe par ces grandes étapes que sont : l’enfance, la jeunesse, la maturité, le déclin et... l'avis de décès.

Georges Vignaux (Directeur de recherche honoraire au Centre national de la recherche scientifique) sur reperesetfragments.com nous dit que nous allons atteindre le stade de la « Singularité technologique » annoncée par le pionnier de l’informatique John Von Neumann et par Ray Kurzweil :

  • « L’homme abandonnera définitivement son état de nature,entretenu et surdimensionné par la robotique et l’intelligence artificielle. Il deviendra un…Cyborg-Amortel ».

La conscience d’être mortel demeure pourtant un bien précieux, fondement de l’antique exigence philosophique d’apprendre à aimer la vie sans craindre la mort

 

Sources :  d'après atlantico.fr et reperesetfragments.com

 

 

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →