Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
L'Alsace
L'Observateur de l'Avesnois
L'Observateur du Douaisis
La Maurienne
La Sambre La Frontière
La Tarentaise Hebdo
La Vie Corrézienne
Le Bien Public
Le Démocrate indépendant
Le Havre Presse
Le Journal d'Abbeville et du Ponthieu-Marquenterre
Le Paysan du Haut-Rhin
Les Infos
Liberté Le Bonhomme Libre
Nord Eclair

Ne pas abuser du café

MEDECINE SANTE

19-08-2013
4 par jour soit 28 tasses par semaine seraient associées à un risque de décès prématuré accru de 56%.
L’étude anglo-saxonne précise qu’il s’agit d’une simple association car il se trouve que les très gros consommateurs de café cumulent aussi les facteurs de risque cardiovasculaire (tabagisme ou excès d’alcool)…
L’association est solidement démontrée
  • Sur les données de 43.727 participants (de l’Aerobics Center Longitudinal Study)
  • Suivis à partir de 1970 durant une moyenne de 17 ans
  • Jusqu’à un âge supérieur à 30 ans
  • Les données de modes de vie dont la consommation de café, ont été recueillies par interview et les mesures de santé comme  la pression artérielle, par examen médical.
Durant cette période :
  1. Il y avait 2.512 décès toutes causes confondues
  2. Un tiers (32%) en raison d'une maladie cardiovasculaire
L’analyse constate que, les plus gros consommateurs de café :
  • sont aussi les plus susceptibles d’être fumeurs et d’avoir des problèmes de santé cardiovasculaire
  • ont un taux plus élevé de décès toutes causes confondues et de décès par maladie cardiovasculaire
  • qu’une fois les facteurs de confusion pris en compte dans l'analyse, le lien disparaît ou est réduit à un niveau tel qu’il n’est plus significatif.
Il existe certes une association positive entre la consommation de café et la mortalité toutes causes chez les hommes et les femmes de moins de 55 ans. Cependant cette association semble corrélée à d’autres facteurs de risque, de mode de vie en particulier, eux-mêmes associés à la consommation de café. Ainsi, tabac, alcool, sédentarité et autres facteurs de risque cardiovasculaire sont bien plus à blâmer que la consommation de café.
 
Source : santélog.com

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →