Carnet

Nouveau - Les médecins et la sédation terminale

14/02/2013

L'Ordre des Médecins français et son conseil a envisagé pour la première fois qu'un collège médical permette en France l’euthanasie pour des patients en fin de vie ayant émis : des "requêtes persistantes, lucides, réitérées". La fin d'un Tabou ?

"Un devoir d'humanité"

L’assistance à mourir médicalisée serait réservée à des situations exceptionnelles, comme :

  1. Certaines agonies prolongées 
  2. Des douleurs "incontrôlables"
  3. Sur des requêtes persistantes lucides et réitérées de la personne atteinte d'une affection pour laquelle les soins curatifs sont devenus inopérants
    et les soins palliatifs instaurés

Auxquelles la loi actuelle ne donne pas de réponse.


Relayé par Le Figaro, L'ordre précise qu'une décision médicale légitime doit être prise devant des situations cliniques exceptionnelles (sous réserve qu'elles soient identifiées comme telles), non pas par un seul praticien mais par une formation collégiale.

« Des situations exceptionnelle qui ne peuvent demeurer sans réponse »

L'Ordre n’emploi toujours pas directement le terme d'euthanasie mais préfère « assistance médicalisée pour mourir »…
La loi Leonetti actuelle ne prend pas en compte toutes les situations, elle autorise, en fin de vie l'emploi de traitements à doses efficaces pour soulager le patient, avec son accord, quand bien même ces doses seraient susceptibles d'écourter ce qui reste de vie. L’ordre rappelle que toutefois, la loi peut n'offrir aucune solution pour « certaines agonies prolongées pour des douleurs psychologiques et/ou physiques qui, malgré les moyens mis en oeuvre, restent incontrôlables ».
Le Conseil de conclure :
« Une sédation, adaptée, profonde et terminale délivrée dans le respect de la dignité pourrait être envisagée, par devoir d'humanité, par un collège dont il conviendrait de fixer la composition et les modalités de saisine ».

Source : Afp

A l’occasion de la St Valentin, et si nous parlions de cœur ?
Après un infarctus : une régénération du cœur sera possible.Utiliser des cellules que l'on greffe po...
PRELEVEMENTS D'ORGANES SUR COEUR ARRÊTÉ ...
Deux nouvelles importantes relayées par le quotidien Libération : Une bonne nouvelle : De moins en...