Carnet

Obsèques 2.0

22/07/2020

Leur concept a été rattrapé par le Covid...

« J’ai conscience que je vais dire quelque chose d’une très grande dureté, mais même dans ces circonstances, nous ne devons pas déroger à la règle », déclarait l’ancien Premier ministre Edouard Philippe évoquant le confinement en vigueur et l’organisation des obsèques.

Une entreprise spécialisée dans la diffusion d’obsèques en streaming a été fondé par Christian Minardo et Christophe Guiba en Février. Un mois plus tard, la France était submergée par une vague de décès liée au coronavirus…

« Le 10 août 2019, ma mère est décédée. Malheureusement, beaucoup de ses amis, dans l’impossibilité de se déplacer, n’avaient pas pu se rendre à son enterrement, trois jours plus tard », confie Christian Minardo, pour expliquer leur démarche.

« Le droit de figurer ou non sur les images »

Livememorium (La start up est basé à Montpellier) retransmet en direct les obsèques avec une caméra en plan fixe. 

⦁ Chaque cérémonie est privée 
⦁ Accessible qu’avec un mot de passe, fourni au préalable par l’opérateur, à la demande de la famille du défunt.
⦁ Depuis leur salon virtuel, les invités peuvent ensuite zoomer dans l’écran.
⦁ Le forfait est de 680 € (pour 100 kms autours de Montpellier)

Selon Christian Minardo, l’intimité de ce moment de recueillement peut être totalement préservée. « Nous expliquons à l’entrée de la salle que la cérémonie sera filmée. Une zone “neutre”, hors du champ de la caméra, est également mise en place afin de garantir à chacun le choix de figurer, ou non, sur les images. »

La crise sanitaire du Covid-19 aurait pu accélérer le développement de l’entreprise, puisque les cérémonies ont été limitées physiquement à 20 personnes. Ce fut au contraire un coup d’arrêt. « Dans de nombreux cas, les obsèques ont été réduites à leur strict minimum, sans cérémonie », en raison des risques de contamination.

Le quotidien Midi Libre précise que la capacité est de 500 personnes en streaming. Nouveau en France, la technologie est cependant largement utilisée aux Etats-Unis avec environ 20 % du marché des cérémonies funéraires. Selon la National Funeral Directors Association, les entreprises de pompes funèbres proposaient déjà ce service il y a quelques mois. Depuis l’entrée en vigueur des mesures de confinement, le secteur est en plein boom. L’une des principales agences fédérales de santé publique américaine a même incité toutes les pompes funèbres du pays à utiliser le streaming autant que possible...

Chez Livememorium, deux techniciens viennent installer le système de retransmission et la durée est non limitée, bien que la moyenne soir de deux heures. Les deux créateurs tentent désormais de percer sur un marché funéraire dominé par quelques opérateurs, pour l’instant ils travaillent dans un rayon de 100 km autour de Montpellier. Paris et sa région cela sera pour la rentrée...

La pratique pourrait bien se développer, même après le confinement. Ce qui est sûr, c’est que les obsèques d’avant le coronavirus seront bien différentes de celles d’après...

 

 

Avis de décès: conseils, rédaction et insolites

Après la mort d’un être cher ou d’un proche, l’homme se livre aux émotions. Des larmes, des crises d...

Mourir, c’est tout un art

L’art de bien mourir Comment devenir une star immortelle ? En réussissant sa mort. Nous pouvons dre...

Travail, stress et décès prématuré

Manque de contrôle du stress au travail Une étude de l'École Kelley Indiana University of Business...

Dons d’organes : Parlons-en !

En France, le don d'organes est placé sous le régime du consentement présumé. Cela signifie que les...