Carnet

Pierre DESPROGES et la mort

05/09/2012

Avis de décès 1988 :

L'humouriste Pierre DESPROGES est mort des suites d'un cancer à l'âge de quarante-neuf ans.

Rediffusion Interview Michel DRUCKER "La mort le faisait rire, il la tournait en dérision, la sienne ne me fait pas rire". 

interview DESPROGES :   ICI 

<codebase="http://fpdownload.macromedia.com/get/flashplayer/current/swflash.cab">

<width="512" height="384" name="Visionneuse" align="middle" quality="high" allowScriptAccess="always" allowFullScreen="true">

<type="application/x-shockwave-flash" pluginspage="http://www.adobe.com/go/getflashplayer" flashvars="">

  

Des projets ?

"Je n’en ai pas, je n’en ai jamais eu. (…) Si, la mort. (…) J’ai l’intention néanmoins d’écrire pour les autres."
Propos recueillis par R.Floutier
Midi libre 14 janvier 87

  • "Le jour de la mort de Brassens, j’ai pleuré comme un môme. Je n’ai vraiment pas honte de le dire. Alors que-c’est curieux – mais le jour de la mort de Tino Rossi, j’ai repris deux fois des moules." Textes de scène
  • "S’il est vrai que l’humour est la politesse du désespoir, s’il est vrai que le rire, sacrilège blasphématoire que les bigots de toutes les chapelles taxent de vulgarité et de mauvais goût, s’il est vrai que ce rire-là peut parfois désacraliser la bêtise, exorciser les chagrins véritables et fustiger les angoisses mortelles, alors oui, on peut rire de tout, on doit rire de tout. De la guerre, de la misère et de la mort. Au reste, est-ce qu’elle se gêne, elle, la mort, pour se rire de nous ? Est-ce qu’elle ne pratique pas l’humour noir, elle, la mort ? Regardons s’agiter ces malheureux dans les usines, regardons gigoter ces hommes puissants boursouflés de leur importance, qui vivent à cent à l’heure.
  1. Ils se battent,
  2. ils courent,
  3. ils caracolent derrière leur vie,

et tout d’un coup ça s’arrête, sans plus de raison que ça n’avait commencé,

  1. le militant de base
  2. le pompeux P.D.G.
  3. la princesse d’opérette
  4. l’enfant qui jouait à la marelle dans les caniveaux de Beyrouth,

toi aussi à qui je pense et qui a cru en Dieu jusqu’au bout de ton cancer, tous, tous nous sommes fauchés un jour par le croche-pied rigolard de la mort imbécile, et les droits de l’homme s’effacent devant les droits de l’asticot. "

Lady Di, il y a 15 ans aujourd'hui, le mythe toujours vivant.
Diana Spencer perdait la vie dans un accident de voiture à Paris le 31 août 1997. Son décès avait e...
112 ans et juste quelques douleurs aux articulations
La doyenne des français Paule Bronzini, vient de s’éteindre hier à l’âge de 112 ans, presque en plei...
L'homme le plus célèbre de la planète quitte la terre définitivement
J’avais 7 ans, nous avions la chance d’avoir une TV (noir & blanc à l’époque), mon père m’a réveillé...
Un appartement gardé intact depuis 70 ans
Voyage dans le temps au Château de la Belle au Bois Dormant. Les portes de cet appartement parisien...