Carnet

Parlons des expériences de mort imminente

19/12/2018

Il s'avère que les expériences de mort imminente sont psychédéliques et non religieuses. De nouvelles recherches montrent que des sensations apparemment surnaturelles liées à des expériences de mort imminente peuvent en réalité être enracinées dans l’activité cérébrale associée aux psychédéliques. 

Des expériences de hors-corps

Les personnes qui ont des visions surnaturelles alors qu'elles sont sur le point de mourir pourraient avoir une activité cérébrale étroitement associée aux psychédéliques. Et, selon une nouvelle étude, cette découverte pourrait avoir un impact profond sur la façon dont nous pensons et expliquons les expériences de mort imminente qui sont remarquablement courantes. Dans une étude, les chercheurs ont constaté qu’elles surviennent chez 18% des victimes d’arrêt cardiaque l’ayant survécu pour les décrire. Souvent, elles changent la vie et sont connues pour leurs similitudes étranges entre les expériences des gens. Les caractéristiques les plus communes incluent des sentiments de calme, des expériences de hors-corps, des voyages dans une région sombre ou vide, une lumière vive au loin, une communication avec des personnes d'un autre monde et un voyage dans un royaume mystérieux et surnaturel.

Une vie après la mort…

Beaucoup de gens qui ont des expériences de mort imminente prétendent que de telles situations sont la preuve d'une vie après la mort, ou que la conscience n'est pas inextricablement liée à un cerveau vivant. Leurs croyances soutiennent que la conscience peut être maintenue malgré l'absence d'un corps physique. Mais de nouvelles recherches montrent que ces sensations apparemment surnaturelles peuvent en réalité être enracinées dans l'activité cérébrale associée aux psychédéliques. En fait, une nouvelle étude menée à l'Imperial College London (ICL) est la première à montrer que le puissant psychédélique N, N-diméthyltriptamine - communément appelé DMT - peut susciter des expériences ancrées dans des processus cérébraux physiques qui recoupent fortement ceux décrits comme quasi-mort. Le DMT produit ses effets psychédéliques en grande partie par les voies neuronales impliquant le neurotransmetteur sérotonine. D'une manière similaire aux expériences de mort imminente, le DMT suscite des événements mystiques décrits comme «plus réels que réels».

Intérêt pour des médicaments psychédéliques

La recherche a été supervisée par Robin Carhart-Harris, professeur à l'ICL, qui a relancé l'intérêt pour le potentiel thérapeutique des médicaments psychédéliques tels que le LSD, grâce à des expériences controversées mais soigneusement contrôlées. L'étude a été réalisée au Centre de recherche clinique impériale du NIHR. Il comprenait 13 participants et s'est déroulé en deux séances séparées d’une semaine - une pendant laquelle ils ont reçu des injections de DMT et une autre pendant laquelle ils n'ont reçu qu'une solution saline placebo. Ces participants ne savaient pas quelle séance impliquait le psychédélique. Lorsque ces psychonautes ont senti que tous les effets s'étaient complètement dissipés, ils ont rempli un questionnaire, établi à l'origine en 1983 pour valider la survenue d'une expérience de mort imminente. Le questionnaire, appelé NDE Scale, est le plus largement utilisé pour étudier les NDE et a été établi sur la base des expériences de mort imminente de 67 personnes. Les résultats ont indiqué que leurs expériences phénoménologiques après la prise de DMT étaient très similaires aux expériences de mort imminente - une constatation absente après l'administration du placebo. Une autre constatation clé était une correspondance remarquablement forte entre leurs réponses au questionnaire et celles fournies par un autre groupe de participants ayant directement connu un phénomène de mort imminente.

Les données indiquent que le chevauchement le plus fort résulte en l’occurrence de «dissolution de l'égo» et d'expériences mystiques d '«unité» - toutes deux impliquant le sentiment d'être «à la fois», unifié avec l'environnement et ses éléments. Des recherches antérieures préconisent que de telles expériences peuvent avoir des avantages à long terme impliquant une plus grande satisfaction de la vie, des relations sociales et la nature. Cependant, l’importance de l’étude peut résider dans le fait que le DMT peut être utilisé pour modéliser les expériences de mort imminente. « Cette étude fournit des preuves initiales reliant ces états de conscience altérés et les fondent de la même manière en termes de changements dans l'activité cérébrale », explique Chris Timmermann, l'auteur principal de l'étude.

Une expérience pénible pour certains

Suite à une crise tonico-clonique, un type de crise qui affecte tout le cerveau, une femme nommée  Audra aurait fait une expérience totalement pénible, un voyage en enfer à la suite de la crise quasi mortelle avant d’être ramenée du bord par les ambulanciers paramédicaux. Elle aurait été damnée pour l’éternité. « Je tombe soudainement dans un trou qui est juste un peu plus large que mon corps. En tombant, j’essaie de m’accrocher sur les murs intérieurs en ruine, en vain. Ça sentait le goudron et je pouvais sentir à quel point c'était rude contre mes doigts. Je ne pouvais rien voir en dessous ni au-dessus de moi. Il y avait cette substance poussiéreuse et rocheuse qui volait de partout, surtout sur mon visage… ». Dans sa chute, Audra ne pouvait pas respirer et commençait à crier. Plus elle criait, plus vite elle tombait, d’après ses récits. Les gens ont essayé de convaincre Audra que l'expérience était un tour de force. Mais Audra est convaincue et vit maintenant dans la peur de retourner en enfer au cas où elle meurt. « Je ne doutais pas que cette expérience avait eu lieu. Je savais que ce n'était pas un «vœu pieux» à cause de la négativité de l'expérience et aussi parce que je n'y croyais pas. Je continue de vivre dans un état de peur basé sur la servitude et de faire tout ce que je peux pour mériter ma place ici et gagner ma place dans l'au-delà. »

Une technique de survie

Certains chercheurs affirment que ce sont des phénomènes normaux et pas nécessairement un signe du paradis, de l'enfer ou d'une vie après la mort. Le Dr Sam Parnia, directeur des recherches sur les soins intensifs et la réanimation à la faculté de médecine de l'Université de New York, a déclaré lors d'une récente conférence Oz: «Les gens décrivent une sensation de lumière vive et accueillante, de faire l'expérience de leurs proches décédés, presque comme s'ils étaient venus les accueillir. Ils disent souvent qu'ils ne voulaient pas revenir car c’était, dans la plupart des cas, tellement confortable et il y a comme un aimant qui les attire pour qu’ils ne reviennent pas. Beaucoup de gens décrivent la sensation de se séparer d'eux-mêmes et de voir les médecins et les infirmières en train de faire leur travail. ». Dr Parnia dit qu'il y a des explications scientifiques à la réaction, et dit que voir les gens n'est pas la preuve de la vie après le décès, mais plus probablement une technique de survie créée par le cerveau. Selon lui, grâce à la technologie et à la science moderne, la mort ne doit pas nécessairement se limiter à la philosophie et à la religion, mais peut être explorée par la science. Ils peuvent entendre des choses et enregistrer toutes les conversations qui se déroulent autour d'eux.

D’un point de vue scientifique

Les expériences de mort imminente surviendraient lorsque l'âme (formée par des substances quantiques) s'échapperait du système nerveux pour entrer dans l'univers selon des experts en physique quantique. Les expériences de mort imminente passionnent particulièrement les scientifiques. En effet, le Dr Stuart Hameroff et le physicien Roger Penrose affirment que l'expérience de mort imminente arrive lorsque les substances quantiques qui forment l'âme quittent le système nerveux pour se rendre dans l'univers. D’après leur théorie, L’intrication et la superposition d’états sont impliquées dans le fonctionnement du cerveau, et surtout dans l'émergence de la conscience. L'essence de nos âmes serait donc contenu dans une structure appelée microtubules. La conscience serait donc une sorte de programme pour un ordinateur quantique contenu dans le cerveau. Elle persiste dans l’univers après la disparition d’une personne ce qui explique les perceptions et les impressions des hommes et femmes vivant des expériences de mort imminente.

L’âme des êtres humains est plus que la simple interaction des neurones dans le cerveau : elle serait issue de la fabrication même de l'univers et existerait depuis le commencement des temps. Stuart Hameroff explique que le cœur cesse de battre, le sang s'arrête de circuler et les microtubules perdent leur état quantique. L'information quantique dans les microtubules ne peut pas être détruite, elle est juste redistribuée et se dissipe dans l'univers. Si le patient revient à la vie, l'information quantique peut revenir dans les microtubules et le patient d'expliquer qu'il a eu une expérience de mort imminente. Si le patient n'est pas réanimé et meurt, il se peut alors que l'information quantique s'échappe du corps, (peut-être indéfiniment) en tant qu'âme. Le Dr Hameroff démontre que les effets quantiques jouent un rôle dans de nombreux processus biologiques à savoir l'odorat, la navigation des oiseaux et la photosynthèse…

Source: wired.co.uk

Les cendres d’un défunt contenues dans un sex-toy
Une boîte aux souvenirs insolite Le designer néerlandais Mark Sturkenboom vient de créer un sex toy...
L’homicide involontaire, une négligence criminelle
L'homicide par négligence L’homicide involontaire se réfère généralement au résultat de l'insoucian...
Infanticide: la violation du droit à la vie
L'infanticide est un acte qui va directement contre le droit à la vie des enfants, un acte de provoq...
Confusion et inconscience : que ressentent les personnes mourantes
La confusion et l'inconscience, les gens qui sont très malades deviennent confus facilement. Une con...