Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Journal du Diois
L'Est Eclair
L'Hérault du Jour
La République de Seine-et-Marne
La Voix du Jura
La Voix du Nord
Le Courrier La Gazette
Le Journal d'Abbeville et du Ponthieu-Marquenterre
Le Journal de l'Orne
Le Journal de Vitré
Le Paysan du Haut-Rhin
Le Progrès Saint-Affricain
Messager Genevois
Var Matin
Vaucluse Matin

Pour les hommes on pouvait vivre plus longtemps mais sans ...

MEDIAS

03-10-2012

Selon un article paru dans Sud Ouest :
Les hommes vivent-ils plus longtemps s'ils sont... castrés ?

La conclusion d'une étude menée par un chercheur coréen, basée sur la mortalité des hommes au sein de la cour impériale au début du siècle dernier.

 

La médecine n'est jamais à court d'idées pour nous donner des frissons…
Une étude coréenne publiée dans la revue Current Biology tendrait ainsi à prouver que les hommes vivent en moyenne plus longtemps... s'ils sont castrés.
Une solution qui a eu son heure de gloire, mais on peut penser aisément qu'elle rencontrait peu de succès dans nos contrées.
En comparant (grâce à un arbre généalogique) :

  1. La longévité de 81 eunuques (coréens, serviteurs à la cour impériale entre le XIVe et le XXe siècle)
  2. A celle de quelques 2 500 aristocrates, aux conditions de vie similaires.
Les chercheurs de l'université de Corée aboutissent à un résultat étonnant :
  • Les premiers meurent, en moyenne, à l'âge de 70 ans.
  • Les seconds, à celui de 56 ans.
Soit une différence de 14 ans !.

Le Figaro santé souligne aussi, fait exceptionnel pour l’époque que
Sur ces 81 individus, 3 ont été centenaires (100, 101 et 109 ans)
L'étude tendrait en effet à conforter l'idée que les hormones mâles contribuent à écourter la vie.  
 "Cette découverte apporte un indice important pour comprendre les raisons de la différence d'espérance de vie entre les hommes et les femmes" (Kyung-Jin Min, de l'Université Inha en Corée du sud)

Le quotidien Le Monde évoque dans sa rubrique santé, aussi le goût des hommes non castrés (sous l'influence de leurs hormones) pour les activités "à risque".
D’autres études démontrent que le décès a été retardé avec la castration qui supprime la source d'hormones mâles.
Dans de nombreuses espèces de mammifères, (y compris les humains), le décès est prématuré chez les mâles.
Cette différence pourrait s'expliquer :
  1. Par l'action des hormones mâles sur le système immunitaire
  2. Le fait qu'elles prédisposent les hommes à des problèmes cardiovasculaires.
Source :  Afp

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →