Carnet

Prévenir la mort subite

01/03/2013

Faits et chiffres

  1. 40 000 personnes meurent subitement dans la rue, à la maison, sur un terrain de sport... par an en France.
  2. 4000 à 12 000 décès concernent des jeunes de moins de 45 ans.

Des morts subites parfois liées à une maladie cardiaque héréditaire, Il est possible de détecter ces maladies rares et de prévenir leurs complications.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les causes de ces morts subites
Dans 90% des cas, après 45 ans : La mort subite est la conséquence d’une maladie coronaire qui va provoquer un infarctus.
Avant 45 ans : Elles peuvent être liées à des maladies spécifiques du myocarde (en grande partie héréditaire).
Il s’agit de troubles du rythme cardiaque :

  1. soit directement liés à une atteinte du coeur
  2. soit liés à un dysfonctionnement de l’électricité dans un coeur qui apparaît pourtant normal dans sa structure

Des signes avant-coureurs
Les maladies cardiaques bien souvent  peuvent être dépistées grâce à des examens simples tels qu’un électrocardiogramme.
Une syncope à l’effort ou au repos ou encore un malaise, sans véritable perte de connaissance sont des alarmes.
La survenue d’un malaise chez un jeune mérite d’aller plus loin et de réaliser un bilan cardiaque, d’autant plus si le malaise est intervenu sans facteur déclencheur ou si l’individu pratique une activité sportive, ou s’il existe un facteur familial de risque de mort subite.

Prévenir les morts subites
Toute l’importance est dans le dépistage. Chez les sujets à risque, il existe des moyens aujourd’hui de prévenir la survenue d’une mort subite. Le plus difficile reste encore de dépister ces individus…
Par exemple pour une  famille dans laquelle un proche est décédé brutalement avant 45 ans :

  • Elle devra faire un bilan familial car il se peut que d’autres membres soient également atteints d’une maladie cardiaque.

Le Centre de prise en charge des troubles du rythme héréditaire (créé en 2004) à Nantes est informé des morts subites qui interviennent dans la région. Il est autorisé, dans le cadre du plan national « Maladies rares » à prendre contact avec les familles concernées. Grâce à un prélèvement d’ADN du défunt, on peut détecter une maladie cardiaque héréditaire et prendre ensuite en charge le reste de la famille.

On peut alors proposer une stratégie de prévention graduée en fonction du risque individuel:

  • Interdiction de la pratique de certains sports
  • Médicalisation adaptée
  • Pose d’un défibrillateur implantable...

Source : viva.presse.fr

Les somnifères risquent de vous endormir à jamais

La pilule est difficile à avaler et les consommateurs de somnifères risquent de regarder leurs gélul...

France : 5 % des décès annuels liés aux particules

Elle serait à l’origine chaque année d’environ 42 000 décès prématurés. Etre exposé réduirait en moy...

Risque de décès : voici le calculateur.

Un test sanguin simple et peu coûteux pourrait aider à détecter les patients traumatisés à plus gran...

Notre avenir dépend (en partie) de l'abeille ...

« Si l’abeille disparaît, l’humanité en a pour 4 ans ! » Selon la phrase attribuée (probablement à t...