Carnet

Qu'est-ce que la mort?

09/11/2011

Un arrêt irréversible

L’idée de la mort est insupportable à la plupart des gens. Car en nous tous est inscrite l’idée de l’éternité et l’illusion de l’invulnérabilité. Nous voulons vivre et vivre avec ceux que nous aimons. Nous ne supportons pas l'idée qu'il y ait la mort : la «cessation définitive de la vie», comme dit le dictionnaire.

La mort d'un être vivant est l'arrêt irréversible des fonctions vitales. Cette définition biologique montre à quel point la science est dans l'impasse quand il s'agit d'expliquer la vie et la mort. Nous ne pouvons que décrire "extérieurement" les manifestations de deux phénomènes qui en réalité nous échappent dans leur essence. Leurs causes profondes nous sont inconnues.

La définition de la mort évolue constamment. Après l’arrêt de la respiration, puis la cessation des battements du coeur, est apparu le critère de mort cérébrale. De sorte que l’on distingue aujourd’hui plusieurs types de mort : clinique, cérébrale, biologique... Dans le cas de la mort cérébrale, il y a arrêt des activités électriques du cerveau (mesuré par éléctroencéphalogramme), mais le corps peut continuer à vivre (par maintient artificiel des battements du coeur).

Cela montre que la mort est plus que l'arrêt de l'activité biologique. Quand un être meurt, "quelque chose" disparaît : il "n’est plus là". Mais qu'est-ce qui n'est plus là ? Lorsque nous mourons, c'est aussi ce qui fait notre identité, c'est-à-dire notre personnalité, notre affectivité, notre "présence", qui disparaît. Qu'est-ce que la vie, en définitive ? La science est bien incapable en réalité de dire en quoi consiste la vie, quelle est la nature du souffle qui nous anime, d'où il vient et où il part lors de notre mort.

La croyance en une vie meilleure

On est conduit à se poser la question : la mort est-elle un terme ultime à notre vie sur terre ou n’est-elle qu’une étape dans une histoire de vie qui continue ? Croire en une autre vie après la mort est une exigence humaine qui fait la caractéristique de notre espèce (c'est à la découverte de tombes et de rituels du passage de la mort que les anthropologues peuvent affirmer qu'il s'agit d'ossements du genre Homo). Si la mort stoppe et anéantit notre existence biologique, tout bêtement, on peut se dire que la vie est plutôt absurde et la mort dépourvue de sens.

Ici donc finit la science et là commence la métaphysique. S'il y a un « après la mort », les connaissances scientifiques ne nous servent à rien parce qu’il ne s’agit pas de biologie mais de vie immatérielle. La vie après la mort (si elle existe, et je crois personnellement qu'elle existe) n’est pas d’essence matérielle, sinon nous pourrions voir les morts. Il serait très intéressant d’écouter le témoignage de quelqu’un qui a vécu la mort et qui en serait revenu ! Mais est-ce possible ?

 

Auteur : Dr Eric Kiledjian

Source : www.atoi2voir.com

Lien :  http://www.atoi2voir.com/atoi/visu_article.php?id_art=358&n1=1&n2=50&n3=91

La mort dans l'âme

Explications des phénomènes naturels Dans sa soif de connaissance et de compréhension de la nature,...

Le deuil après la perte d'un être cher

« Le deuil, à la suite de la mort d'une personne aimée, est une des plus grandes épreuves de la vie...