Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Corse Net Infos
Haut Anjou
L'Agglo-Rieuse
L'Alsace
L'Essor Bigourdan
L'Indépendant
L'Indépendant de l'Yonne
L’Echo Républicain
La Nouvelle République des Pyrénées
La Voix du Nord
Le Courrier de Mantes
Le Courrier des Yvelines
Le Journal des Flandres
Le Journal du Médoc
Messager Genevois

Quelques conseils sur la rédaction d’un avis nécrologique

PRATIQUE

18-04-2016

Pour rédiger un avis nécrologique, la précision est de rigueur, renseigner si possible les informations sur la cérémonie afin que les personnes qui ont connu le défunt puissent s'y rendre, si cela est souhaité par la famille. Il arrive souvent que la famille ou les personnes annonçant la disparition axent l’avis sur leur propre sentiment ; par exemple : « C’est avec une profonde douleur et un énorme chagrin que nous disons au revoir à notre bien-aimé… ». Au lieu de mettre une aussi longue phrase, gagnez plutôt de la place pour faire la nécrologie sur le défunt en renseignant quelques informations de son vivant (son CV, ses médailles, ses distinctions, sa filiation ou même son surnom ».

Certaines personnes souhaitent mettre en exergue la façon dont le défunt est décédé : « Après une lutte courageuse… ». Honorer le combat de la personne décédée avec leur maladie en décrivant avec précision et sensibilité la façon dont elle a décrit cette période de sa vie est recommandé. Remercier dans l’avis de décès les personnes ou l’établissement qui l’ont assisté dans les derniers stades de sa vie et en faire de même à l’enterrement. Un autre conseil est également d’annoncer le décès en décrivant le défunt à la troisième personne, tout en évitant de dire « maman » ou « papa ». Pour les dons, il est recommandé de formuler la phrase ainsi: "La famille est reconnaissante de dons commémoratifs..." 

Les derniers souhaits d’une personne avant sa disparition ne sont pas toujours réalisable; par exemple s’il avait l’intention de se suicider et souhaitait le mettre dans l’avis nécrologique. En effet, les journaux doivent se conformer à une charte rédactionnelle spécifique ne permettant pas, par exemple, de mentionner une personne physique ou une entité comme étant responsable de la mort de quelqu’un. Ils proposent plutôt une reformulation de la phrase en supprimant les éléments ne respectant pas leur charte. 

Source: www.obituaryguide.com

 

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →