Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Alpes et Midi
L'Angérien Libre
L'Avenir de l'Artois
L'Echo Sarthois
L'Hebdomadaire d'Armor
La Charente Libre
La Renaissance Lochoise
Le Confolentais
Le Journal de Gien
Le Journal de Saone et Loire
Le Phare Dunkerquois
Les Nouvelles de Sablé L'Echo Fléchois
Les Nouvelles de Saone-et-Loire
Paris Normandie
Vaucluse L'Hebdo

Réduction du risque de décès de l’Alzheimer  par l’alcool

MEDIAS

14-12-2015

Une consommation modérée d’alcool est liée à un risque réduit de décès de la maladie d'Alzheimer à un stade précoce. Le fait de boire 2 à 3 verres d'alcool chaque jour est lié à un risque réduit de décès chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer à stade prématuré, selon une recherche publiée dans le journal en ligne BMJ Open.

La consommation modérée d'alcool a été associée à un risque plus faible de développer et de mourir d'une maladie cardiaque et d'AVC. Mais l'alcool est connu pour endommager les cellules du cerveau, et étant donné que la démence est une maladie neurodégénérative, boire pourrait être nocif dans cette condition. Les chercheurs ont voulu savoir si la même association potentiellement positive entre l'alcool et un risque réduit de mortalité cardiovasculaire pourrait être appliquée à 321 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer à un stade précoce, avec un score de 20 ou moins sur l'examen Mini Mental State (MMSE).

L'équipe de recherche a analysé les données recueillies à l'origine sur 330 personnes atteintes de démence à un stade précoce ou la maladie d'Alzheimer au Danemark dans le cadre de l'Etude d'intervention de l'Alzheimer danoise (DAISY) qui a entrepris d'évaluer l'impact d'un programme de soutien psychosocial sur 12 mois, et de suivi des progrès pendant trois ans après, accumulant une quantité considérable de données. Cela comprenait des informations sur la façon dont les gens atteints de démence à un stade précoce ou d'Alzheimer buvaient de l'alcool tous les jours. Environ une personne sur 10, soit 8%, n’en buvaient pas et à l'autre extrémité de l'échelle, environ une sur 20, soit 4%, en buvaient plus de 3 verres par jour. La plupart de l'échantillon, soit 71%, ont bu moins d’un verre par jour tandis que 17% en ont bu 2 à 3.

Au cours de la période de surveillance, 53 (16,5%) de ceux de la maladie d'Alzheimer légère sont morts. La consommation quotidienne de 2 à 3 verres d'alcool par jour a été associée à un risque réduit de 77% de décès par rapport à moins d'un verre, mais il n'y avait pas de différence significative dans les taux de mortalité. Ces résultats ont été obtenus après la prise en compte de facteurs influents: sexe, âge, d'autres conditions sous-jacentes, si la personne vivait seule ou avec une aide, le niveau de scolarité, le tabagisme, la qualité de vie, et le résultat MMSE.

Selon les chercheurs, plusieurs raisons pourraient expliquer les résultats, y compris le fait que les gens qui boivent modérément sont dans une catégorie socio-professionnelle plus élevée que d’autres. Une autre explication peut résider dans le fait que l'effet apparemment protecteur de l'alcool peut avoir résulté d’une causalité inverse : ceux qui buvaient très peu d'alcool étaient en phase terminale de leur vie, ce qui aurait gonflé artificiellement l'association positive. Afin de tenter de corriger cela, les chercheurs ont analysé de nouveau les données, en omettant la première année de suivi, ce qui ne faisait aucune différence sur les résultats. Davantage de recherches examinant l'impact de l'alcool sur le déclin cognitif et la progression de la maladie chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer légère seraient particulièrement instructives, selon toujours les chercheurs.

Source: www.sciencedaily.com

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →