Carnet

Services d’urgences : Angoisse de la mort chez les infirmières

PRATIQUE

17-07-2015

Un traumatisme provoque l'angoisse de mort chez les infirmières dans les services d’urgences, dû à l’exposition régulière à la fatalité. Ces infirmières sont très sensibles à la peur de mourir, les employeurs doivent le reconnaître et mettre en place un soutien pour améliorer la santé de leur personnel et les soins aux patients.


Dans un article paru dans le journal « Emergency Nurse », Mike Brady affirme que les infirmières travaillant dans les situations d'urgence doivent être mises au courant des risques de l'angoisse de décès, ou Thanatophobie, et avoir accès à des interventions pour les empêcher d'affecter leur santé physique et mentale, des risques de développer cette psychopathologie affaiblissante.


D’après l’auteur, pour lutter contre cela, il faudrait développer des outils professionnels d'évaluation des risques pour le personnel et les étudiants infirmiers et davantage de recherches menées pour explorer l'incidence de l'angoisse de la fatalité chez les travailleurs d'urgence.
Des programmes d'éducation pourraient aider à réduire les niveaux de ce type d'anxiété par la préparation des étudiants infirmiers et infirmières de confronter leurs croyances à propos de la fin de la vie, et les personnels impliqués dans des incidents critiques doivent être évalués à un outil de gestion des risques de traumatisme.


«Bien que de nombreuses infirmières dans les services d’urgence et les ambulanciers peuvent ne pas être conscients de l'angoisse de la mort, ils y sont exposés dans leur pratique quotidienne. Les prestataires de soins, le personnel universitaire et les employeurs doivent comprendre et essayer d'empêcher le développement de cette psychopathologie potentiellement déprimante pour améliorer la santé de leur personnel et les soins aux patients,» conclut l'auteur.

 

Source: www.sciencedaily.com

Thematiques

← Article précédent
Article suivant →