Carnet

«Si tu reçois ce mail, c'est que je suis déjà mort...»

12/04/2013

Gérer ses actifs numériques après sa mort


Google a annoncé une nouvelle fonctionnalité permettant aux utilisateurs de ses services en ligne de décider ce que doivent devenir les données qu'ils y ont stockées quand ils seront décédés et ainsi transférer sa vie digitale après sa mort.
Le géant de l’internet explique :« Nous lançons une nouvelle fonction qui rend plus facile de dire à Google ce que vous voulez faire de vos actifs numériques si vous mourrez ou ne pouvez plus utiliser votre compte ».
En planifiant un email qui sera envoyé à plusieurs proches avec un lien pour télécharger toutes les données... Avec le nouveau service baptisé "gestionnaire de compte inactif ", voilà le genre de message à un proche dont vous pouvez programmez l'envoi :

 

« Si tu reçois ce mail, c'est que je suis déjà mort, grâce au lien ci-joint tu peux télécharger les contenus de ma vie numérique, j'espère qu'il n'y aura rien de trop compromettant dans mon historique de navigation…»
Faciliter la transmission de sa vie numérique en cas de décès, en un fichier compressé posthume, c’est l’idée.


Comment Google sait-il que l'utilisateur est dans le trépas réel ?


En activant le service : 

  • Les utilisateurs peuvent y décider de l'avenir des données contenues sur leurs comptes si ces derniers deviennent inactifs.
    Après 3,6, ou 12 mois d'inactivité, vous pouvez choisir la destruction de vos données.
  • Vous pouvez sélectionner des contacts de confiance pour recevoir les données
  • Pour éviter les accidents, avant toute action du « robot », un avertissement sera envoyé sur le téléphone portable de l'utilisateur ou une adresse alternative mail qu'il aura fournie.

La question des biens immatériels


Ma banquière aime me le rappeler avec insistance : «  il n'est jamais trop tôt pour se préparer au pire ». La question de ce qu'il advient de sa vie numérique après un décès reste à inventer. Trouver un un simple mot de passe peut être un casse-tête pour la famille.
Il meurt, la licence meurt avec lui !
Des proches peuvent déjà effectuer sur Facebook une demande pour transformer un profil en un sanctuaire, le télécharger ou l'effacer. Il est possible dans certains Etats aux USA de donner des droits à son exécuteur testamentaire sur sa vie numérique.La question la plus épineuse concerne celle de nos biens immatériels :

  1. Notre collection musique et photos iTunes ?
  2. Notre librairie Kindle ?

Pour l'instant, le plupart des entreprises considèrent qu'elles n'accordent qu'une licence non transférable à un utilisateur.
"Nous espérons que cette nouvelle fonction vous permettra de préparer votre vie numérique après la mort, d'une manière qui protège votre vie privée et votre sécurité" commente Google.

Source : 20Minutes.fr

Le Soleil va mourir

La mort du Soleil ressemblera bien à une fin du monde. Le Soleil est source de vie et d'énergie ma...

Morts dans l’arène de la télé réalité.

Une première en France, un double drame s’ensuit à cause d’une émission de télé réalité. En effet, a...

Le certificat de décès de Natalie Wood a été modifié

De "morte par accident" à "cause de la mort indéterminée" Le certificat de décès de Natalie Wood a...

Lutter contre ce phénomène mortel

L'OMS s'alarme de la faiblesse des efforts des Etats en matière de sécurité routière. 28 pays (7...