Carnet

François VILLIERS

François VILLIERS 2 mars 1920 - 29 janvier 2009
01/10/2015

Le réalisateur et scénariste français, François VILLIERS est décédé à l'âge de 88 ans, le 29 janvier 2009 à Boulogne-Billancourt. Né François SALOMONS, il vient au monde à Paris le 2 mars 1920. Homme discret, talentueux et sensible, il a signé une douzaine de films remarquables, depuis Hans le marin, en 1949. Au milieu des années 1960, il se tourna vers la télévision, mettant en images des séries aussi prestigieuses dont Les Chevaliers du ciel (1967). Réalisateur de cinéma apprécié et téléaste emblématique d’une fiction de qualité, il participait aussi à l’écriture de ses films. Il était le frère du comédien Jean-Pierre AUMONT, qu’il fit tourner dès son premier film, Hans le marin.

 

  • Pure People annonce son décès en publiant l’article « Le réalisateur des Chevaliers du Ciel, François VILLIERS, est décédé ». Il y est rapporté que « Le réalisateur François VILLIERS est décédé à l'âge de 88 ans ». Par ailleurs, l’article souligne que « Connu pour avoir fait tourner les plus grands, de Michèle MORGAN à Claude BRASSEUR , le metteur en scène, qui était également scénariste, a reçu un Golden Globe du meilleur film étranger en 1956 avec L'eau vive, dont l'héroïne était Pascale AUDRET. Oncle de Tina AUMONT et frère de Jean-Pierre AUMONT, il avait réalisé de nombreux films pour la télévision, dont le mythique « Les Chevaliers du Ciel », en 1967 ».
  • Pour sa part, Le Figaro fait part de son décès via l’article intitulé « Mort du réalisateur François VILLIERS ». Il y est annoncé que « Le réalisateur et scénariste François VILLIERS, auteur de plusieurs films et de séries télévisées dont « Les chevaliers du ciel », est mort à l'âge de 88 ans, a annoncé aujourd'hui sa famille. Il a réalisé une douzaine de films, de « Hans le marin » en 1949 à « Manika, une vie plus tard » en 1989. Il a fait tourner Jacques PERRIN et Claude BRASSEUR (« La verte moisson »), Michel SIMON (« Pierrot la tendresse »), Pierre MONDY (« Jusqu'au bout du Monde », Grand prix du cinéma français en 1962) et Michèle MORGAN (« Le puits aux trois vérités » en 1961, « Constance aux enfers » en 1963) ».

 

Ajouter un message