Carnet

Michel d’AILLIÈRES

Michel d’AILLIÈRES 17 décembre 1923 - 31 octobre 2010
01/10/2015
  • Naissance : 17 décembre 1923 à Paris
  • État civil : Michel d'AILLIÈRES est un homme politique français. Il est député de la cinquième circonscription de la Sarthe de 1958 à 1977, puis sénateur de la Sarthe de 1977 à 1995, sous l'étiquette du Centre national des indépendants et paysans puis des républicains indépendants. Conseiller général dans le canton de La Fresnaye-sur-Chédouet de septembre 1957 à mars 2001, il préside le conseil général de la Sarthe de 1970 à 1976, puis de 1979 à 1992, date à laquelle François Fillon lui succède. Proche de Valéry Giscard d'Estaing, il est également maire d'Aillières-Beauvoir de 1953 à 2008.
  • Décès : 31 octobre 2010 à Aillières-Beauvoir
  • Michel d'AILLIÈRES est décédé à l’âge de 86 ans, des suites de problèmes cardiaques, à son domicile d'Aillières-Beauvoir, dans le nord-Sarthe.
  • Suite à l’annonce de son décès, Le Premier ministre, François FILLON avait fait part dans les colonnes du « Maine Libre », de son émotion en apprenant la disparition. Il déclara : « j’ai appris avec émotion la disparition de Michel D’AILLIERES. C’est un élu local qui a consacré toute sa vie à la Sarthe. Fort d’une ambition légitime pour notre département, il a su faire travailler ensemble les différents élus. Michel D’AILLIERES fut le bâtisseur d’une Sarthe moderne et décentralisée : son décès nous affecte tous ».
  • Le journal « quotidien d’Aquitaine » annonce sa mort sur son site web « Ouestfrance.fr » via un poste. Sa vie et sa carrière politique y sont rapportées. 
  • Le magazine « Paris-Match », quant à lui annonce son décès au travers d’un article qui survola brièvement sa vie et sa carrière politique.
  • Ses obsèques furent célébrées le mercredi 03 novembre 2010, en l’Église Notre-Dame de Mamers.
  • Le premier ministre François FILLON, venu tout spécialement de Paris, a été le dernier à prendre la parole lors de l’éloge funèbre. Celui que le défunt appelait « son ami François » et dont « il était si fier », très ému, la larme à l’œil, a dressé en quelques mots le portrait de celui qui fût un peu son « mentor » : « le souvenir de Michel D’AILLIERES évoque un visage pétillant et une élégance joviale (…) Si aujourd’hui la Sarthe peut s’enorgueillir de la qualité de la prise en charge de la dépendance, c’est essentiellement à Michel D’AILLIERES qu’elle le doit (…) Il a été pour moi un soutien indéfectible (…) ». François FILLON a conclu en adressant l’hommage reconnaissant de la République à celui qui, entre autres, s’est distingué à l’Assemblée nationale dans ses travaux de vice-président de la commission de Défense nationale.
  • Le corps de Michel d'AILLIÈRES fut par la suite inhumé dans la crypte de l’église de sa commune. 

Ajouter un message