Carnet

Alain LARCAN

Alain LARCAN 25 février 1931 - 10 mai 2012
01/10/2015

Naissance : 25 février 1931

État civil : Alain LARCAN est un médecin français, urgentiste, professeur et aussi historien. Il est célèbre pour avoir été le pionnier français de la réanimation et de la médecine de catastrophe. Issu d’une famille comptant de nombreux médecins, il suit tout naturellement des études de médecine à la faculté de Nancy. Des études effectuées brillamment, puisqu’il sort major de l’internat à seulement 21 ans. Lors de ses premières années de pratique, il se convint de la nécessité d’imaginer des structures de secours et des soins d’urgence efficaces en toutes circonstances. En 1963, à Nancy, il crée avec le corps des sapeurs-pompiers, le premier service d’urgence et de réanimation de France. Il est le mari de Joëlle LARCAN qui lui donne deux filles : Pascale et Catherine LARCAN.

Décès : 10 mai 2012 à Amance en Haute-Saône. Alain LARCAN est décédé à 81 ans dans sa propriété d'Amance, des suites d’une longue maladie. Le défunt sera inhumé le lundi 14 mai, à 14h, en l’église Saint-Pierre, à Nancy. Thierry PERNIN annonce son décès sur le site web France 3. Son article revient sur le parcours du « professeur, pionnier français de la réanimation et de la médecine de catastrophe » qui est « une figure lorraine du gaullisme et de son Histoire ». De nombreuses personnalités ont présenté leurs condoléances à la famille.

Le journal « Le Républicain Lorrain » annonce son décès avec l’article « Décès du Pr Alain LARCAN ». L’article souligne que c’est « une grande figure médicale lorraine et nationale qui vient de s’éteindre. Il a lutté jusqu’au bout et sans faiblir contre la longue maladie, la médecine perd un homme qui lui a consacré toute sa vie et a créé une nouvelle discipline ».

Pascal SALCIARINI de L’Est Républicain rapporte le décès du professeur, « pionnier français de la réanimation et de la médecine de catastrophe » dans son article annonçant sa mort. Il révèle que : « le professeur Alain LARCAN, atteint d’un mal implacable, s’est battu jusqu’au bout, dans une totale lucidité, poursuivant jusqu’à son dernier souffle, recherche et lecture ». Le journal « Vosges Matin » annonce le décès d’une « figure lorraine du gaullisme dont il était un des plus fins connaisseurs».

Ajouter un message